Somnambulisme

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 06 Septembre 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 29 Mai 2012 : 10h57
-A +A

Le somnambulisme se manifeste par des comportements complexes et automatiques, incluant la déambulation hors du lit, au cours de l'un des stades les plus profonds du sommeil, le sommeil lent profond.

Les somnambules se lèvent presque toujours au cours de la première moitié de la nuit, plus particulièrement pendant les deux premières heures suivant l'endormissement.

Dans la majorité des cas, les somnambules se limitent à déambuler dans leur chambre. Quand ils en sortent, c'est souvent pour aller à la cuisine. Dans de rares cas, ils peuvent sortir de la maison et même conduire leur véhicule.

Somnambulisme : Comprendre

  • Généralement, les somnambules retournent spontanément à leur chambre.
  • Lorsqu'on les réveille, ils sont confus et mettent un peu de temps avant de remettre leurs idées en place.
  • Près du tiers des somnambules réagissent de façon agressive - par des claques ou des coups de poing - lorsqu'on les réveille brusquement. Chez les personnes qui consultent un médecin, environ 50 % rapportent avoir subi une blessure physique au cours d'un épisode de somnambulisme et la même proportion dit avoir eu des comportements violents envers autrui ou des objets.

Le somnambulisme est un problème assez fréquent, surtout chez les enfants. De 15 à 30 % d'entre eux auront au moins un épisode de somnambulisme pendant leur enfance. Il débute habituellement vers l'âge de 4 ou 5 ans et on estime qu'à 11 ans 7 % des enfants en ont des épisodes fréquents. La prévalence diminue à 3 % chez les jeunes de 13 ans, tandis qu'entre 1 et 2 % des adultes en souffrent.

Les épisodes de somnambulisme se caractérisent ainsi :

  • la personne n'a aucun souvenir de ce qu'elle a fait, pas même de s'être levée pendant la nuit ;
  • les épisodes sont courts, quelques minutes à peine, mais peuvent être plus longs dans certains cas (jusqu'à 30 minutes) ;
  • le somnambule semble éveillé, il a les yeux ouverts (mais il ne tient pas ses bras tendus devant lui, comme on l'imagine souvent). Il est capable de répondre à des ordres ou à des questions dans un langage monosyllabique (oui et non). Il semble toutefois ennuyé par les questions et il s'irrite si on pousse l'interrogatoire trop loin.

Somnambulisme : Causes

Somnanbulisme et génétique :

La principale cause du somnambulisme est d'ordre génétique. Des études ont montré que le risque de souffrir de somnambulisme pour un jumeau identique, si son jumeau en est atteint, est six fois plus élevé que chez les jumeaux non identiques. Il est aussi très fréquent de trouver chez une personne somnambule des parents au premier degré atteints de somnambulisme ou d'un autre trouble du sommeil.

Facteurs déclenchants du somnambulisme :

Certains facteurs déclenchent des épisodes de somnambulisme sans que l'on ne sache vraiment pourquoi :

  • stress,
  • privation de sommeil,
  • effort physique excessif ou inhabituel.

Ces facteurs semblent augmenter le sommeil lent profond, de stades 3 et 4, qui survient en début de nuit et au cours duquel se déroulent les épisodes de somnambulisme.

Trouble neurologique et somnanbulisme

Certains chercheurs étudient la possibilité que le somnambulisme puisse avoir des mécanismes en commun avec l'épilepsie. Dans certaines formes d'épilepsie, on observe d'ailleurs des déambulations nocturnes chez certains patients. De plus, les facteurs qui favorisent l'épilepsie, comme la privation de sommeil, peuvent également augmenter les épisodes de somnambulisme.

Troubles psychologiques et somnanbulisme

Pour les somnambules qui le sont devenus après l'âge de 20 ans, certains facteurs psychologiques, tels qu'un traumatisme, peuvent être en cause. Toutefois, il paraît de moins en moins évident que des facteurs psychologiques puissent être à l'origine du somnambulisme des enfants ou des adultes qui en sont atteints depuis l'enfance.

Médicaments et somnanbulisme

La prise de certains psychotropes, particulièrement le lithium, peut déclencher des épisodes de somnambulisme chez les personnes prédisposées.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 06 Septembre 2001 : 02h00
Mis à jour le Mardi 29 Mai 2012 : 10h57
Source : Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
A lire aussi
Somnambulisme : quels sont les risques pour la santé ? Publié le 03/06/2015 - 13h35

Le somnambulisme est l’un des troubles du sommeil les plus fréquents : il touche entre 2 et 4% des adultes, et est vraiment fréquent chez les enfants, dont il touche 15 à 20%. Mais quel est l’impact du somnambulisme sur la santé ? Est-il important de consulter ?

Sexsomnie : la sexualité somnambule Publié le 09/01/2016 - 13h36

En matière de sexualité, passer à l’acte en dormant est un trouble du sommeil bien éloigné du comportement fantasmé. Dans ce somnambulisme bien particulier appelé sexsomnie, la violence est souvent au rendez-vous et, dans les cas extrêmes, plonge le couple dans un enfer quotidien. 

Les troubles du sommeil de l'enfant Publié le 26/10/2001 - 00h00

Les troubles du sommeil sont relativement fréquents chez le jeune enfant et ne deviennent véritablement ennuyeux que s'ils se répètent fréquemment. Le plus souvent, ils sont l'expression des angoisses que peut ressentir l'enfant face à une situation conflictuelle, notamment au sein de la...

Quand le sommeil vieillit Publié le 27/04/2001 - 00h00

Les troubles du sommeil liés au vieillissement sont incontournables et leurs répercussions augmentent avec l'âge. Pourtant, l'application de certaines règles simples permet souvent de retrouver ou de maintenir un sommeil de qualité acceptable. Lorsque ces mesures comportementales ne suffisent...

Plus d'articles