Selles : quelle est la bonne fréquence ?

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 07 Octobre 2013 : 08h03
Mis à jour le Vendredi 18 Décembre 2015 : 15h54

On sait qu’un transit équilibré est important, ne serait-ce que pour le confort…
Mais comment le définir ?

Et quelle est la « norme » pour la fréquence de nos visites aux toilettes ?

© Adobe Stock

Selles : ni trop, ni trop peu

Commençons par dire que les gastro-entérologues trouvent, d’une manière générale, que nous sommes trop préoccupés par le sujet et que nous devrions laisser à nos tubes digestifs plus de liberté ! En effet, tant que l’on passe à la selle au moins trois fois par semaine, et au plus une fois par jour, cela n’a rien de préoccupant.

Constipation ou diarrhée ?

On a coutume de dire que si l’on va peu aux toilettes, on est constipé et que si on y va souvent, on a une diarrhée. Or la fréquence des selles n’est pas le seul élément de diagnostic… Dans la constipation, les selles sont dures, difficiles à expulser. Le passage à la selle peut être douloureux. Et dans la diarrhée, les selles sont molles, voire liquides, et les intestins peuvent être douloureux.

 

Et les hémorroïdes ?

 

Elles peuvent être provoquées par la diarrhée ou par la constipation. Si le passage à la selle est douloureux, que votre anus fait mal ou démange, et si vous remarquez du sang sur le papier après vous être essuyé(e), n’hésitez pas à consulter.

 

Fréquence des selles : se méfier des changements d’habitudes

Inutile donc de s’inquiéter trop de la fréquence à laquelle on va à la selle.

En revanche, si elle se modifie brusquement il faut être attentif, surtout après l’âge de 40 ans : le cancer colorectal est l’un des plus fréquents et il se signale parfois par des bouleversements du transit.

Comme il se soigne très bien à condition d’être détecté à temps, cela vaut le coup d’aller chez le médecin si vous remarquez l’un de ces signes d’alerte :

  • Changement brusque et inexpliqué du transit habituel.

     

     

  • Douleurs intestinales.

     

     

  • Selles sanglantes, noires, traces de sang dans les selles.

     

     

  • Constipation accompagnée de malaise, vomissements, maux de tête, perte de poids, fièvre…

     

     

  • Fuites de selles molles ou liquides.

     

     

  • Constipation qui dure plus de 7 jours ou exige de prendre des laxatifs tous les deux ou trois jours, voire plus souvent.

     

     

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 07 Octobre 2013 : 08h03
Mis à jour le Vendredi 18 Décembre 2015 : 15h54
Source : World Gastroenterology Organisation Global Guidelines, Coping with common GI symptoms in the community, mai 2013.
A lire aussi
Constipation : quelles solutions ?Publié le 17/07/2010 - 00h00

La constipation est un problème bénin et très fréquent, mais elle a des conséquences et un vrai impact sur la qualité de vie. Voici quelques solutions qui sont à votre portée...

La constipation n'est pas une fatalité !Publié le 31/07/2000 - 00h00

Si elle est banale par sa fréquence, la constipation, qui concerne en majorité les femmes, peut être très gênante dans la vie quotidienne. Elle est rarement liée à une maladie sous-jacente ou à une lésion du tube digestif, qu'il faut néanmoins rechercher en cas d'apparition soudaine ou...

Plus d'articles