Rhumatisme : très difficile de dépister une spondylarthrite ankylosante

Rhumatisme : très difficile de dépister une spondylarthrite ankylosante

La spondylarthrite ankylosante est un rhumatisme inflammatoire douloureux touchant classiquement la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques du bassin. Une grande particularité de cette maladie chronique est qu'elle est très difficile à diagnostiquer avant d’en être à un stade déjà avancé, entraînant un handicap plus ou moins sévère. Pourquoi ? Parce qu'on ne détecte souvent rien sur les radiographies pratiquées au stade précoce de la maladie. Alors quelle imagerie proposer quand on pense à une spondylarthrite ankylosante et quels sont les traitements actuels ?

Le diagnostic de spondylarthrite ankylosante peut prendre de nombreuses années

La spondylarthrite ankylosante est une maladie rhumatismale inflammatoire qui touche des sujets jeunes (dans environ la moitié des cas, la maladie débute autour de l’âge de 30 ans). Elle  se manifeste initialement principalement par des douleurs lombaires ou fessières apparaissant la nuit ou le matin donc sans lien avec des efforts physiques, provoquant un rhumatisme particulier, avec des raideurs et une fatigue intense. Certaines formes peuvent, après plusieurs années d’évolution, devenir très sévères du fait de l’enraidissement des articulations, entraînant des handicaps importants.

En effet, les signes radiologiques apparaissant souvent en retard par rapport aux symptômes, cette situation dure souvent des années avant que la maladie ne soit diagnostiquée (on estime que le délai moyen pour poser le diagnostic en France est de 7 ans). Pourtant, l'inflammation est là, au niveau des tissus péri-articulaires, des tendons, des ligaments, expliquant la souffrance et l'invalidité des personnes concernées.

Alors quel est l'examen aidant au diagnostic de polyarthrite ankylosante ?

L’IRM est l’imagerie de choix dans la spondylarthrite ankylosante. Seul cet examen permet de mettre en évidence les inflammations des tissus mous autour de l'os, permettant ainsi un diagnostic plus précoce. Par ailleurs, l’absence d’irradiation permet de l’utiliser chez le sujet jeune et chez la femme enceinte. Mais cette technique d'imagerie ne se réalise que dans certains services spécifiques.

Mis à jour par Dr Christelle Pierrot, médecin généraliste le 11/02/2016
Créé initialement par Dr Philippe Presles le 16/07/2007

Sources : Recommandations de la Société française de rhumatologie (SFR) pour la prise en charge en pratique courante des malades atteints de spondyloarthrite (28/11/13)

Cet article fait partie du dossier Quand nos os nous font souffrir...

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
article
1833
Spondylarthrite ankylosante
Rhumatisme : très difficile de dépister une spondylarthrite ankylosante
La spondylarthrite ankylosante est un rhumatisme inflammatoire douloureux touchant classiquement la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques du bassin. Une grande particularité de cette maladie chronique est qu'elle est très difficile à diagnostiquer avant d’en être à un stade déjà avancé, entraînant un handicap plus ou moins sévère. Pourquoi ? Parce qu'on ne détecte souvent rien sur les radiographies pratiquées au stade précoce de la maladie. Alors quelle imagerie proposer quand on pense à une spondylarthrite ankylosante et quels sont les traitements actuels ?
http://www.e-sante.fr/rhumatisme-tres-difficile-depister-spondylarthrite-ankylosante/actualite/1443
2007-07-16 02:00:00
http://www.e-sante.fr/sites/default/files/images_articles/rhumatisme_2.jpg

en savoir plus