Le QI de nos enfants menacé par la pollution

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Samedi 19 Juin 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Juin 2010 : 02h00
-A +A
Comme si les méfaits de la pollution sur notre santé pulmonaire et cardiovasculaire ne suffisaient pas à nous convaincre de veiller à la qualité de l'air, une nouvelle étude montre que trop de pollution nuit aux performances mentales des enfants.

L'intelligence à cinq ans est modifiée par l'exposition à des polluants pendant la grossesse

C'est le dernier résultat d'une large étude, menée sur plusieurs centaines de familles résidant à Cracovie, en Pologne, une ville très polluée. Les chercheurs ont recruté des femmes enceintes, qui devaient répondre à des questionnaires et porter des capteurs qui évaluaient la qualité de l'air respiré. Pour permettre une comparaison, certaines de ces femmes habitaient un quartier très pollué, les autres une partie moins polluée de la ville. Différents aspects de la santé des enfants ont ensuite été surveillés depuis leur naissance jusqu'à leurs cinq ans. En ce qui concerne les capacités mentales des enfants, cette expérimentation a montré que les polluants respirés par les mères pendant la grossesse ont une influence négative sur la capacité de raisonner à l'âge de cinq ans des enfants qui naîtront.

Un QI qui diminue à cause des polluants

Pour être précis, les enfants les plus exposés à la pollution ont à l'âge de cinq ans en moyenne un QI inférieur de 3,8 points à celui des enfants les moins exposés. Une différence qui suffit à souligner un danger qui n'avait pas été mis en évidence jusqu'à maintenant. Les mères étaient toutes non-fumeuses, et les autres causes potentielles de cette différence ont été soigneusement éliminées au cours de l'étude. Ce sont les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont pointés du doigt comme mauvais pour les capacités mentales. Des études en laboratoire montrent en effet que ces hydrocarbures, émis dans l'atmosphère par la circulation automobile et la combustion de charbon, de bois et de pétrole dans un cadre domestique ou industriel, sont néfastes pour le développement neurologique, et en particulier celui du système nerveux central. Les mécanismes précis par lesquels ils influent sur le développement du cerveau ne sont pas connus, mais leur influence, elle, est très claire.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Samedi 19 Juin 2010 : 02h00
Mis à jour le Lundi 21 Juin 2010 : 02h00
Source : Edwards, S.C. et al., Environmental Health Perspectives, online edition avril 2010.
A lire aussi
La pollution rend les bébés cardiaques Publié le 08/01/2002 - 00h00

Les femmes exposées durant leur grossesse à la pollution atmosphérique ont plus de risque de donner naissance à un bébé porteur d'une malformation cardiaque ou pulmonaire. Ozone et monoxyde de carbone ont été incriminés.

La pollution s'attaque aussi à notre cerveau Publié le 23/06/2016 - 14h13

Il est temps de partir respirer l’air pur et de se mettre au vert car la pollution est néfaste pour notre cerveau. De plus en plus d’études attestent des effets de différents polluants sur le déclin cognitif, le QI et les troubles du comportement des enfants.

Sport et ozone, un bon cocktail pour l'asthme Publié le 11/02/2002 - 00h00

Les enfants pratiquant plusieurs sports dans un environnement pollué à l'ozone ont trois fois plus de risque de développer un asthme que ceux ne pratiquant aucune activité physique. Loin d'interdire la pratique d'activités sportives, ces observations doivent inciter les parents vivant dans des...

Plus d'articles