Pollution de l’air : protégeons les plus fragiles !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 09 Décembre 2016 : 16h57
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 11h45

Même si l’épisode actuel de pollution de l’air aux particules fines décline en intensité, il va encore persister plusieurs jours, avec des concentrations élevées à très élevées en Ile-de-France et dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Hauts-de-France. Pour faire face aux potentielles conséquences sur la santé des personnes les plus vulnérables, le Ministère de la Santé rappelle les recommandations émises par le Haut Conseil de la Santé publique (HCSP).

© Istock

Pollution de l’air : quelles conséquences sur la santé ?

Chaque année en France, la pollution de l’air est responsable de plus de 48.000 décès prématurés. Les épisodes de forte pollution comme celui qui sévit actuellement dans certaines régions « peuvent entraîner l’apparition ou l’aggravation de divers symptômes (augmentation des symptômes allergiques et des crises d’asthme, irritation des yeux, de la gorge, du nez, hypersécrétion nasale, essoufflement…) ». Les personnes fragiles sont les premières concernées, à savoir « les nourrissons, les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, asthmatiques ou souffrant de pathologies cardiovasculaires ou respiratoires », précise le Ministère de la Santé.

PUB

Recommandations pour se protéger en cas de pollution de l’air

Outre des mesures préfectorales (réduction de la vitesse maximale autorisée, des émissions industrielles, du brûlage à l’air libre, etc.) et une incitation à limiter les déplacements, des recommandions à suivre durant ces épisodes de pollution de l’air été émises.

Certaines sont à destination des personnes vulnérables et sensibles :

  • Éviter les activités physiques et sportives intenses, en plein air ou à l’intérieur.
  • Reporter les activités qui demandent le plus d’effort.
  • Éviter de sortir en début de matinée et en fin de journée et aux abords des grands axes routiers.
  • Limiter les sorties à l’extérieur des nourrissons dans la durée et éviter ces sorties en début de matinée et en fin de journée, ainsi qu’à proximité des axes routiers.
  • Différer l’aération des logements aux périodes de fin de matinée ou de début d’après-midi.
  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque inhabituelle, consulter son médecin ou son pharmacien.
  • En cas de traitement, demander conseil à son médecin pour une éventuelle adaptation.
  • En cas de symptômes moins gênants à l’intérieur qu’à l’extérieur, réduire les sorties habituelles.

D’autre sont formulées à l’attention à de tous :

  • Si des symptômes sont ressentis (fatigue inhabituelle, mal de gorge, nez bouché, toux, essoufflement, sifflements, palpitations), réduire ou reporter les activités physiques et sportives intenses jusqu’à la fin de l’épisode.
  • En cas de gêne inhabituelle (toux, mal de gorge, nez bouché, essoufflement, sifflements…), demander conseil à son médecin ou pharmacien.

Pour en savoir plus :

Questions réponses, Air extérieur et santé : http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/qr_air_et_sante_20092016.pdf

Prev’Air : http://www2.prevair.org/

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 09 Décembre 2016 : 16h57
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 11h45
PUB
PUB
A lire aussi
Peut-on faire du sport en cas de pic de pollution ?Publié le 18/08/2004 - 00h00

Le sport, c'est bon pour la santé, et il est même fortement recommandé de pratiquer un sport régulièrement tout au long de sa vie. Mais qu'en est-il en période estivale, lorsque la pollution culmine ? Est-il judicieux de faire du sport ? Le tour de cette réponse en 8 points clés.

Risques allergiques : faut-il protéger les bébés de la pollution ? Publié le 25/11/2011 - 11h13

La pollution fait partie des facteurs de risque d’allergies respiratoires. C’est que l’exposition aux polluants atmosphériques altère et irrite les voies respiratoires, augmentant le risque de développement d’une allergie. Sachant que le risque d’allergie peut se mettre en place dès la...

Sommes-nous tous égaux face à la pollution atmosphérique ?Publié le 14/03/2014 - 15h22

30 départements et 17 régions françaises sont actuellement placés en "alerte pollution". En Ile-de-France, le seuil d'alerte aux particules fines est dépassé depuis trois jours consécutifs.Si l’air est indispensable à la vie, il peut aussi s’avérer très dangereux pour notre...

Plus d'articles