Les poissons de la mer baltique sont toxiques

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 12 Juillet 2005 : 02h00
L'évaluation scientifique de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur les risques sanitaires, ne montre aucune différence entre le poisson sauvage et le poisson d'élevage. En revanche, les poissons pêchés dans la mer Baltique contiennent des taux anormalement élevés de certaines substances toxiques. Une alerte sanitaire est lancée.
PUB

L'analyse des taux de nutriments et des concentrations de contaminants ne montre pas de différence significative entre les poissons sauvages et d'élevage. Cependant, des dissemblances régionales existent, par exemple dans la mer Baltique. Et en effet, lors de cette évaluation, une attention particulière a également été portée aux poissons de la mer Baltique, conformément à la demande du Parlement européen.

En 2002 déjà, un constat inquiétant avait été dressé sur l'état de l'environnement de la mer Baltique. Cette région, où vivent plus de 85 millions de personnes, est menacée par des pollutions croissantes, industrielles et agricoles, mais également par la présence de munitions et d'armes chimiques immergées depuis des dizaines d'années, et par des rejets d'hydrocarbures. Or la Baltique est une mer semi-fermée et peu profonde, qui ressemble davantage à un lac qu'à un océan. Il était donc normal de s'inquiéter de la qualité sanitaire des poissons pêchés dans ce « lac » pollué. Aujourd'hui, la réponse concernant la dangerosité de consommer des poissons issus de la Baltique, se trouve dans l'avis que vient de formuler l'Autorité européenne de sécurité des aliments.

Les concentrations de polychlorobiphényles (PCB)e famille de substances hautement toxiques, retrouvées dans les harengs et les saumons pêchés dans la mer Baltique sont respectivement 3,5 et 5 fois plus élevées que dans les autres poissons. La teneur des eaux en PCB baissait depuis une trentaine d'années, mais aujourd'hui ce processus semble être stabilisé à des niveaux suffisamment élevés pour que les concentrations retrouvées dans les poissons imposent de lancer une alerte sanitaire.

En conclusion, la traçabilité des aliments issus de la pêche devrait être renforcée. Parallèlement, il conviendrait de formuler des recommandations pratiques, notamment à destination des femmes enceintes, de celles qui allaitent et des enfants en bas âge.

En pratique, consommez du poisson au minimum deux fois par semaine, en évitant ceux en provenance de la Baltique

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mardi 12 Juillet 2005 : 02h00
Source : Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), avis du groupe scientifique CONTAM relatif à l'évaluation de la sécurité du poisson sauvage et d'élevage, 5 juillet 2005.
PUB
PUB
A lire aussi
Anxiété alimentaire : manger et ne pas grossirPublié le 01/04/2011 - 09h33

Panique à bord ! Docus télé, livres et articles de magazines détaillant généreusement les multiples dangers de notre alimentation se sont accumulés. Ajoutez à cela un tsunami monstrueux, une centrale atomique qui fait boum, il y a de quoi être noyé d'anxiété. Et être sérieusement...

Et si votre sang était pollué ?Publié le 26/05/2004 - 00h00

Il faudrait peut-être le vérifier, et le cas échéant, établir une réglementation et une surveillance comme cela est déjà en place, depuis de nombreuses années, pour la pollution de l'air, de l'eau et de la nourriture… En effet, le sang des 44 parlementaires européens qui se sont prêtés...

Pesticides : les Français sont toujours surexposés Publié le 30/04/2013 - 15h45

Selon un rapport de l’Institut de veille sanitaire (InVS), les Français sont bien plus exposés que les Allemands, Américains et Canadiens aux insecticides, largement utilisés dans le traitement des cultures et dans les applications domestiques (antipuces, anti-moustiques…).

Plus d'articles