Pilules de 3e et 4e génération : chute des ventes !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 27 Mars 2013 : 11h44
Mis à jour le Jeudi 28 Mars 2013 : 08h40

Conséquence de la forte médiatisation du risque d’accident thromboembolique veineux attribué aux pilules contraceptives, nombre de femmes se sont détournées des pilules de 3e et 4e génération, comme en témoigne la baisse des ventesdepuis le début de l’année...

© getty

Les femmes délaissent les pilules de 3e et 4e génération

La mise à jour du dossier « Pilules estroprogestatives et risque d’accident thromboembolique veineux » par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) indique une nette évolution à la baisse de l’utilisation des pilules et des autres moyens de contraception depuis le début de l’année.

Hors préservatif, la vente des moyens de contraception a diminué de 1,4 % depuis février 2012.

A noter que les pilules estroprogestatives restent le moyen contraceptif le plus utilisé : 80% des ventes de contraceptifs, contre 81% en février 2012.

Cette baisse est particulièrement marquée pour les pilules de 3ème et de 4ème génération qui accusent une chute de 34%. Nombre de femmes se sont visiblement tournées vers les pilules de 2ème génération puisque les ventes de celles-ci ont inversement augmenté de 26,5% durant cette période.

Concernant les autres moyens de contraception, le recours aux implants et aux stérilets est en hausse, tandis que les patchs et les anneaux contraceptifs oestroprogestatifs sont à la baisse.

PUB

Chute libre pour Diane 35

De son côté, l’anti-acnéique DIANE 35 jusqu’ici fortement utilisé comme contraceptif (à 80%), est en chute libre, avec une diminution de 62% des ventes en février 2013.

Les autorités rappellent qu’ « il existe une palette importante de moyens de contraception et que les professionnels de santé restent les meilleurs interlocuteurs pour informer et aider les femmes à choisir le moyen de contraception qui leur est le plus adapté ».

Donc pas question de laisser tomber la contraception.

Il faut en discuter avec son médecin pour trouver la méthode qui vous convient personnellement, selon vos propres facteurs de risque.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 27 Mars 2013 : 11h44
Mis à jour le Jeudi 28 Mars 2013 : 08h40
Source : Communiqué de presse de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 26 mars 2013.
PUB
PUB
A lire aussi
Diane 35 : interdit dans 3 moisPublié le 31/01/2013 - 13h59

L'Agence du médicament (Ansm) a pris une décision extrême : Diane 35 et de ses génériques disparaîtront du marché d’ici 3 mois.Le rapport bénéfice / risque de ce traitement contre l’acné, trop largement prescrit comme contraceptif oral, a été jugé défavorable.

Acné et contraception : Diane 35, un médicament à réserver au court termePublié le 25/09/2006 - 00h00

Diane 35 est un médicament indiqué dans le traitement de l'acné sévère. Il fait office en même temps de contraception. Mais attention, ce médicament présente des effets secondaires importants. Il faut donc en limiter le temps d'utilisation et une fois la guérison de l'acné obtenue, changer...

Diane 35 n’est pas une pilule comme les autres…Publié le 08/01/2013 - 05h00

Cela fait plus de 6 ans que la rédaction d’E-santé dénonce la sur-prescription de Diane 35, une pilule aux effets anti-acnéiques. Outre qu’elle augmente de manière importante le risque de faire une complication thromboembolique, elle diminue la libido en s’opposant à la testostérone...

Plus d'articles