La pilule contraceptive : le risque de thrombose est rare mais confirmé

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 28 Mai 2015 : 09h01
Mis à jour le Jeudi 28 Mai 2015 : 10h06
-A +A

Le risque accru de thrombose veineuse chez les femmes qui utilisent une pilule de 3e et 4e génération est confirmé par une étude, mais il reste faible. Donc pas de panique !

La pilule contraceptive reste peu risquée

En 2012, les pilules de 3e et 4e génération ont fait scandale. En effet, ces pilules les plus récentes sont associées à un risque de thrombose veineuse supérieur à celles de 1ère et 2e génération. Globalement, avec les premières citées, le risque est quatre fois plus important, tandis qu’avec les secondes ce risque est deux fois plus élevé. Dans tous les cas, il reste bien inférieur à celui induit par la grossesse par exemple (risque multiplié par dix). Mais au final, comme le risque de base est faible, il le reste même s’il est multiplié par 4 et acceptable au cas par cas pour les femmes auxquelles les pilules de 3e et 4e génération conviennent, sans oublier que le risque diminue rapidement après les premiers mois d’utilisation. Ce qu’il faut, c’est évaluer ou réévaluer ses propres risques avec son médecin au moment de la prescription d’une pilule contraceptive. Et bien entendu informer les femmes de tous les avantages et inconvénients des différentes méthodes de contraception.

L’après scandale des pilules de 3e et 4e génération

Après 2012, de nombreuses femmes ont abandonné les pilules de 3e et 4 génération pour se tourner vers une pilule contraceptive plus ancienne avec pour résultat, en 2013, une baisse de 11 % des hospitalisations pour embolie pulmonaire chez les femmes en âge de procréer (données de l’Agence nationale de sécurité du médicament). Parallèlement, une étude publiée dans le British Medical Journal vient de confirmer ce que l’on savait déjà, à savoir que le risque de thrombose veineuse est quatre fois plus important chez les femmes sous pilule de 3e et 4e génération, par rapport à celles qui ne prennent pas la pilule. On retiendra que le risque reste faible et qu’il est moindre avec les pilules de 1ère et 2e génération.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 28 Mai 2015 : 09h01
Mis à jour le Jeudi 28 Mai 2015 : 10h06
Source : Susan S Jick, Fresh evidence confirms links between newer contraceptive pills and higher risk of venous thromboembolism, BMJ 2015; 350 doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.h2422 (Published 26 May 2015).
A lire aussi
Le paradoxe perpétuel autour des pilules de 3è génération Publié le 19/11/2001 - 00h00

Depuis plus de cinq ans, les pilules de 3ème génération sont le sujet d'une polémique enflammée. La communauté scientifique reconnaît qu'elles entraînent un risque accru de phlébite et pourtant, les médecins continuent à les prescrire massivement. Actuellement, 40% des Françaises...

Pilule et risque cardiovasculaire : le point Publié le 03/10/2005 - 00h00

Le risque cardiovasculaire attribué à la pilule reste discuté. Une analyse de la littérature publiée apporte des éléments convaincants sur ce sujet. Une occasion de rappeler les contre-indications de contraception orale par oestro-progestatifs.

Peut-on encore prendre une pilule de 3e génération ? Publié le 18/12/2012 - 08h23

Marion Larat a été victime en juin 2006 d’un accident vasculaire cérébral qui s’est révélé très invalidant. Imputant son accident à la prise quatre mois plus tôt de la pilule contraceptive de troisième génération, Meliane, elle porte aujourd’hui plainte contre le laboratoire...

Plus d'articles