Obésité : sur la piste de deux médicaments

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 23 Avril 2003 : 02h00
Deux médicaments (Zonegran® et Axokine®) viennent de démontrer leur efficacité pour aider les personnes obèses à perdre du poids.

Zonegran®

Tout a commencé par une simple observation : des pertes de poids ont été observées chez les patients traités par Zonegran®, un anti-épileptique. D'où l'idée de tester l'efficacité de ce médicament chez les personnes en excès de poids.Près de 60 sujets obèses, ayant en moyenne un Indice de masse corporelle de 36, ont été recrutés. Parallèlement au suivi d'un régime hypocalorique, certains ont reçu un placebo, les autres du Zonegran® durant 16 semaines. La perte de poids était en moyenne plus importante dans le groupe ayant reçu le Zonégran : 6kg (soit 6% de la masse corporelle) contre 1kg avec le placebo. De plus, plus de la moitié de ces patients (57%) ont perdu au moins 5% de leur masse corporelle en quatre mois, contre seulement 10% de ceux sous placebo.Certains sujets ont poursui l'essai jusqu'à la 32e semaine. La perte de poids moyenne atteignait alors 9kg, contre 1,5kg avec le placebo. Ces résultats prouvent que ce produit, qui a été en général bien toléré avec peu d'effets secondaires, est plus efficace qu'un régime seul.

Axokine®

L'Axokine est un médicament agissant sur le mode de la leptine, une hormone qui a été associée à l'obésité. Plus de 170 sujets obèses, d'indice de masse corporelle moyen de 41, ont reçu en injection sous-cutanée de l'Axokine®, à différentes doses. Comparé à un placebo qui n'a pratiquement aucun effet, les auteurs constatent qu'en fonction de la quantité délivrée d'Axokine, la perte de poids s'élève de 1,5kg à 4kg. Quelques effets secondaires dépendant de la dose ont cependant été enregistrés, le plus fréquent était des réactions au niveau du site d'injection.

D'autres études doivent être menées afin d'assurer la sécurité et l'efficacité de ces produits. En attendant, ils apportent espoirs aux personnes concernées, soit 9,6% des adultes français et 12% des enfants, tandis que le surpoids touche actuellement plus 30% de la population adulte.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 23 Avril 2003 : 02h00
Source : JAMA, 289 (14) : 1729-1880, 2003.
A lire aussi
Ménopause, rien de tel que la marchePublié le 26/02/2003 - 00h00

Passé un certain âge, la marche constitue l'activité physique la plus aisée. Ses vertus sont aujourd'hui bien argumentées, notamment chez les femmes ménopausées. Mais inutile de viser le marathon : 4 heures par semaine suffisent à réduire de 41% le risque de fracture de la hanche et à...

Rimonabant : sans tabac ni kilosPublié le 19/05/2004 - 00h00

Comment arrêter la cigarette sans prendre de poids ? Rimonabant, un médicament testé actuellement aux Etats-Unis, pourrait apporter une solution. En effet, cette substance est dotée de deux propriétés hautement intéressantes. D'une part, elle contribue à la perte de poids, d'autre part, elle...

Obésité : le PYY entame l'appétit Publié le 01/10/2003 - 00h00

Après les déceptions provoquées par la leptine et l'adiponectine, le PYY, un fragment d'hormone digestive, redonne espoir dans le traitement pharmacologique de l'obésité. Selon les premiers résultats, cette substance diminue l'appétit de 30%.

Plus d'articles