Montrer ses pieds, c’est prendre soin de sa santé

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mardi 23 Mai 2017 : 17h37
Mis à jour le Jeudi 01 Juin 2017 : 15h19
-A +A

Les Français osent de plus en plus montrer leurs pieds à leur pédicure-podologue. Ils y sont vivement invités, le 8 juin, à l’occasion de Journée nationale de dépistage et de prévention gratuite, sous l’égide de l’Union Française pour la Santé du Pied (UFSP). Parce que nos pieds parcourent 2,5 fois le tour de la Terre sur la durée d’une vie, il faut en prendre soin.

Montrer ses pieds…

La démarche de confier ses pieds au spécialiste entrerait-elle dans les habitudes des Français ? Il semblerait puisque près d’une personne sur deux consulte un podologue aujourd’hui contre 30% en 2012.

Le 8 juin, comme chaque année depuis 15 ans, le grand public pourra consulter gratuitement des pédicures-podologues dans les lieux de consultation mis à disposition par les villes. Liste des lieux disponible ici !

Le podologue examinera chaque pied sous toutes ses coutures. Il dépistera toute éventuelle pathologie et délivrera ses conseils de posture et de soins, à effectuer chez soi ou chez un spécialiste.

… et ses chaussures !

Cette année, lors de la consultation gratuite du 8 juin, le podologue examinera aussi le chaussage. Les variations dans le type chaussage sont importantes puisque 43% des personnes portent des chaussures de ville, 31% des sandales, 6% des chaussures de toiles et qu’une personne sur deux porte des baskets !

Le chaussage est principalement à l’origine de problèmes cutanés. Des chaussures trop petites provoquent des cors, des chaussures trop hautes des durillons ou des douleurs sur l’avant du pied, des chaussures trop plates telles des ballerines des douleurs aux talons (talalgies), des chaussures trop hautes et trop pointues font apparaître un Hallux Valgus voire des cors entre les orteils…

Mme Muriel Montenvert, pédicure-podologue, secrétaire générale de l'UFSP : « Quant au port de baskets de ville, pourquoi pas - mais pas au quotidien- et à la condition qu’elles possèdent un contrefort à l’arrière et qu’elles ne soient pas trop souples ; en effet, elles ne doivent pas se plier lorsqu’on les fait « vriller » (torsion de la chaussure). L’inconvénient majeur est qu’une semelle souple ou trop amortissante n’apporte pas d’information précise et juste au cerveau pour qu’il maintienne une posture adaptée. Celle-ci est alors moins tonique en réponse avec le sol, d’où un maintien plus avachi, propice aux douleurs dorsales. De plus, dans une basket, le pied prend ses aises et finit par s’élargir ».

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Mardi 23 Mai 2017 : 17h37
Mis à jour le Jeudi 01 Juin 2017 : 15h19
Source : D’après un entretien avec Mme Muriel Montenvert, pédicure podologue, secrétaire générale de l’Union Française pour la Santé du Pied (UFSP).
A lire aussi
Pieds et chaussures : nos mauvaises habitudes Publié le 24/09/2015 - 10h10

Talons hauts, escarpins pointus, ballerines ou tongs, tout est permis, mais avec parcimonie. Sinon gare aux problèmes de dos, de tendons ou d’orteils en forme de griffe. Eclairage de spécialistes sur ces habitudes prises par coquetterie ou confort mais loin d’être anodines.

Plus d'articles