La lithotripsie s'attaque au talon d'Achille

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 21 Décembre 2001 : 01h00
-A +A
La lithotripsie a largement démontré son efficacité dans le traitement des calculs urinaires. Aujourd'hui, elle étend son champ d'application à la rhumatologie.

Une technique de pulvérisation

La lithotripsie est une technique visant à broyer ou pulvériser des calculs urinaires, les fragments étant ensuite éliminés naturellement dans les urines. L'accès aux calculs est réalisé par endoscopie. Un tube muni d'un système optique est introduit dans l'urètre. La pulvérisation se pratique ensuite au moyen d'une pince, d'ultrasons, d'ondes de choc ou d'une fibre laser.

A distance, c'est également possible : lithotripsie extracorporelle

Mais aujourd'hui, on recourt de plus en plus souvent à la lithotripsie extracorporelle. C'est-à-dire que l'on pulvérise les calculs à distance, sans aucune intervention chirurgicale, et donc la plupart du temps sans hospitalisation ni anesthésie générale. Le calcul est repéré par radioscopie ou échographie puis pulvérisé par des ondes électrohydrauliques, piezoélectriques ou électromagnétiques. L'emploi de cette méthode s'est maintenant élargie aux calculs rénaux, vésiculaires et aux calculs du cholédoque.

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 21 Décembre 2001 : 01h00
A lire aussi
Epicondylite : le revers de la lithotripsie Publié le 19/02/2003 - 00h00

Après avoir fait ses preuves dans le traitement des calculs urinaires, la lithotripsie extracorporelle est entrée dans le domaine de la rhumatologie. Largement utilisée dans la prise en charge de l'épicondylite, cette technique se révèle cependant inefficace.

Plus d'articles