Médicaments et aliments : attention aux interactions !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 10 Novembre 2008 : 01h00
-A +A
Tous les médicaments ne font pas bon ménage avec certains aliments. S'il suffit de consulter attentivement la notice de vos médicaments pour le vérifier, et particulièrement la rubrique " interactions ", rien de tel qu'un petit rappel concis.

Les interactions entre certains médicaments et certains aliments peuvent conduire à différents effets, allant de l'augmentation ou diminution de l'effet du médicament, à la hausse de ses effets secondaires indésirables.

Quels sont les aliments à éviter et avec quels médicaments ?

Le jus de pamplemousse est à éviter avec certains médicaments prescrits contre l'excès de cholestérol car il augmente l'absorption intestinale de ces médicaments, ce qui a pour effet de potentialiser leurs effets secondaires. Sont concernés la simvastatine et dans une moindre mesure l'atorvastatine. A titre d'exemple, la consommation de jus de pamplemousse en même temps qu'un traitement par simvastatine multiplie par 15 l'absorption du principe actif et provoque des atteintes musculaires graves. Le même phénomène est retrouvé avec des immunosuppresseurs prescrits contre les rejets de greffes : tacrolimus, ciclosporineEn pratique, il est recommandé de ne pas boire de jus de pamplemousse dans les 2 heures qui précédent la prise du médicament et de limiter la consommation à un quart de litre par jour. A noter que les jus d'orange, de citron, de pomme, ne sont pas associés à ce type d'interaction.Les aliments riches en vitamine K (choux, brocolis, épinards, avocats, persil, laitue, abats) sont à consommer avec modération en cas de traitement anticoagulant visant à fluidifier le sang. Ces aliments diminuent l'efficacité du traitement et accroissent le risque de thrombose (formation d'un caillot sanguin). En pratique, on conseille de ne pas manger plus d'une portion par jour de ces légumes.

L'alcool est à éviter avec tous les médicaments qui réduisent la vigilance, en raison d'un risque accru de somnolence et d'accidents : tranquillisants, analgésiques, antitussifs à base de codéine ou de tramadol, neuroleptiques, certains antidépresseurs, certains antiallergiques, etc. L'alcool est également à éviter avec les anti-inflammatoires (type ibuprofène) ou l'aspirine, en raison d'un risque élevé de brûlures d'estomac ou de reflux acides. Les agrumes (citron, pamplemousse, orange) pris de facon concomitante avec les anti-inflammatoires ou l'aspirine peuvent également déclencher des brûlures d'estomac et des reflux d'acidité gastrique. On conseille ainsi de prendre les anti-inflammatoires ou l'aspirine au milieu du repas pour limiter de tels effets. La caféine accroît le risque de surdosage de certains antibiotiques (enoxacine, ciprofloxacine, norfloxacine) employés notamment contre les cystites, et de la théophylline, un anti-asthmatique. Pour éviter de souffrir d'excitation, de palpitations, de tremblements, de sueurs, voire d'hallucinations, il est préférable d'éviter la consommation de café, de thé ou de soda pendant la durée du traitement. Quant à la réglisse, elle tend à augmenter la tension artérielle, d'où la recommandation de l'éviter en cas d'hypertensionEn conclusion, la prise d'un médicament n'est jamais quelque chose d'anodin. Par mesure de précaution, lisez toujours la notice de vos médicaments avant d'entreprendre tout type de traitement.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 10 Novembre 2008 : 01h00
Source : Communiqué de presse de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), mise au point du 13 octobre 2008.
A lire aussi
Malaises d'estomac Publié le 31/05/2001 - 00h00

D'une capacité de deux litres environ, l'estomac est le réceptacle dans lequel arrive la nourriture.L'estomac est un milieu acide où les sucs gastriques préparent les aliments pour la digestion, ce qui dure en moyenne deux à trois heures.

Plus d'articles