Pas de jus de pamplemousse avec vos médicaments !

Publié le Mardi 02 Novembre 1999 : 01h00
-A +A
Le jus de pamplemousse interfère avec de nombreux traitements. On devrait éviter d'en boire moins de deux heures avant ou après la prise d'un médicament.

C'est par hasard que l'interaction entre le jus de pamplemousse et les médicaments a été découverte. Au cours d'un essai de médicament, du jus de pamplemousse a été utilisé pour tenter de camoufler le goût de l'alcool dans un test visant à savoir s'il existait une interférence entre l'alcool et la félodipine (contenue dans les spécialités portant les noms de marque Flodil° et Logimax°). A la surprise des chercheurs, la quantité de félodipine dans le sang fut très fortement augmentée.

Des quantités de médicament multipliées par cinq !

On se rendit ensuite compte que boire régulièrement du jus de pamplemousse trois fois par jour pendant cinq jours provoquait une augmentation de plus de 500 % de la quantité de médicament présente dans le sang. Autrement dit, celui qui boit du jus de pamplemousse risque d'avoir les mêmes effets indésirables que s'il avait pris 5 gélules au lieu d'une seule ! Avec des risques non négligeables d'effets indésirables, notamment maux de tête, rougeur du visage, gonflement des chevilles, baisse de la pression artérielle, ralentissement du coeur pouvant provoquer des malaises.

Un effet très variable d'une personne à l'autre

Le jus de pamplemousse ralentit l'action d'une enzyme (appelée cytochrome P 450), provoquant une augmentation de l'absorption de la félodipine dans l'intestin, et un ralentissement de sa destruction par le foie. Certains chercheurs ont proposé d'utiliser cet effet pour augmenter l'absorption de certains médicaments onéreux (dans le but de faire des économies). Ils sont arrivés à la conclusion que l'effet du jus de pamplemousse est très variable d'une personne à une autre, et qu'il est est donc imprévisible.

Publié le Mardi 02 Novembre 1999 : 01h00
Source : Jeambrun P. " Le jus de pamplemousse peut-il interférer avec certains médicaments ? " Concours médical 1999 ; 121 (32 - 16 oct 1999) : 2471.
A lire aussi
Plus d'articles