Jeûner est-il bon pour la santé ?

Article publié par Dr Philippe Presles le 27/02/2012


Jeûner est-il bon pour la santé ?

Cette question est délicate car pour beaucoup d’entre nous il ne faudrait même pas sauter un repas ! Pourtant nous nous plaignons de prendre régulièrement 500 grammes ou un kilo par an et nous faisons souvent des régimes… Cependant des études scientifiques commencent à s’intéresser à l’effet anticancer du jeûne.

Jeûne et anticancer

David Servan-Schreiber l’avait longuement développé dans son livre Anticancer : le sucre favorise le développement des cellules cancéreuses car elles ne savent pas utiliser d’autres sources d’énergie.

Aujourd’hui d’autres scientifiques confirment ce constat et vont plus loin. En effet, après une courte période de jeûne, les cellules normales disposant de moins de sucre circulant réattribuent leur énergie vers les voies d’entretien, ce qui les protège. Pendant le même temps, les cellules cancéreuses ne disposant pas de voie alternative d’entretien sont directement exposées au manque de sucre et commence à souffrir puis à mourir.

Les Dr Lee et Longo vont plus loin. Ils ont montré chez des souris que celles qui avaient bénéficié de 2 jours de jeûne avant de recevoir une chimiothérapie, voyaient leurs cellules cancéreuses être davantage détruites que chez celles qui étaient normalement alimentées. Le jeûne potentialise donc les chimiothérapies et des essais cliniques chez l’homme ont commencé.

Manger moins de sucre et rester mince

En attendant les résultats de ces travaux, on peut déjà en tirer quelques conclusions.

La première est que l’excès de sucre est vraiment néfaste pour notre santé. Il est donc important de chasser les sucres inutiles dans notre alimentation, en commençant par les boissons sucrées, les sodas, mais aussi les friandises, barres chocolatées et autres sucreries qui nous sont sans arrêt mises sous le nez…

La deuxième est qu’il est très important de rester mince.

Comment rester mince ?

Rester mince, n’est pas une mince affaire ! Voici quelques conseils pour y arriver :

  • Se peser toutes les semaines et corriger toute prise de poids dans la semaine.

    Il ne faut pas en effet attendre les soldes pour constater que l’on a pris un tour de taille… En plus, toute prise de poids notée dans la semaine est facile à perdre. Comment ? En bougeant plus et en mangeant moins.
    Pour manger moins occasionnellement, le plus simple est de ne manger qu’une soupe un soir de la semaine.
    Ce qu’il ne faut surtout pas, c’est se priver le matin ou le midi : les fringales sont alors trop fortes et poussent aux excès. L’avantage de la diète le soir, est que lorsque les fringales arrivent on est chez soi et qu’on peut les endurer plus facilement, et même avec humour : « allez vous servir dans mes graisses ! » pouvez-vous dire à vos petites cellules qui crient famine.
    Surtout vous savez que ces fringales passeront vite quand vous penserez à autre chose et que le lendemain, votre cerveau aura tout effacé et repartira à zéro : vous ne mangerez pas plus et les calories perdues seront bien décomptées.

  • Faire une journée de jeûne par mois.

    C’est ce que font les Mormons par exemple. Là encore, l’avantage est que le lendemain, le cerveau tournera la page.
    En pratique, on prend son petit déjeuner comme d’habitude, puis on ne mange plus de la journée. On évite soigneusement les cuisines, les cafés, et autres lieux alimentaires et on boit de l’eau à volonté.
    Ceux qui ont l’habitude du jeûne savent que la fringale passée, la faim finit elle aussi par passer. Et le lendemain, vous reprenez votre régime habituel en commençant par votre petit déjeuner.

Tout le monde peut-il jeûner ?

Bien sûr le jeûne n’est pas pour tout le monde.

Il est déconseillé pour les diabétiques et pour ceux qui ont perdu trop de poids récemment, ainsi que chez ceux qui sont trop maigres.

Mais une soirée soupe ou un jeûne de temps en temps est à mettre en balance avec le fait de se priver constamment pour essayer de ne pas grossir. Cela dépend de chacun : certain préfèreront se laisser aller de temps en temps et manger moins ensuite, et d’autres faire tout le temps attention à ce qu’ils mangent. Nous ne sommes pas tous pareils !

Source : Les et coll. Science Translational Medicine, 8 février 2012.

Article publié par Dr Philippe Presles le 27/02/2012

Ce billet fait partie du blog de Dr Philippe Presles, Le blog de la Rédaction

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 
Voir aussi les billets de blog :
Le piège du morceau de sucre en trop…

Par Dr Philippe Presles le 21/01/2013 11:53

  • rating
  • rating
  • rating
  • rating
  • rating

Trop de tentations Tout d’abord, essayons de bien comprendre le problème. Pour prendre un kilo sur une année, il faut consommer 8.000 calories de plus que ses besoins au cours de cette année, soit ...

Faut-il diaboliser le sucre ?

Par Dr Philippe Presles le 10/02/2012 14:03

  • rating
  • rating
  • rating
  • rating
  • rating

Le sucre, une substance doublement addictive Le sucre est très clairement une substance addictive, et même doublement addictive. Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’à l’instar de la nicotine, nous ...