Jambes douloureuses

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 07 Février 2014 : 13h33
-A +A

Une douleur dans les jambes peut survenir de façon soudaine (douleur aiguë), à la suite d'un effort par exemple, ou plus graduellement (douleur chronique).
Son origine sera nerveuse, musculaire ou circulatoire.

Jambes douloureuses : Causes

Douleur aiguë

  • Elongation ou déchirure musculaire.

    Elles peuvent être dues à un effort important ou survenir à la suite d'un faux mouvement provoquant un saignement à l'intérieur du muscle.

    La douleur est très forte au début et diminue avec le temps, mais le moindre effort peut la réveiller.

  • Thrombose veineuse superficielle ou profonde.

    Elle survient lorsqu'un caillot bloque le sang dans les veines. Elle est dite superficielle si elle affecte les petites veines près de la peau.

    Le plus souvent, ces thromboses veineuses superficielles surviennent là où se trouvent aussi des varices et elles ne sont pas graves.

    Mais une thrombose veineuse peut toucher une veine profonde. Le caillot est plus gros et, s'il se détache et repart vers le cœur, il peut causer une embolie pulmonaire très souvent mortelle.

    Dans ce cas, la douleur est diffuse et s'accompagne de lourdeur, d'œdème de la jambe et d'une coloration rougeâtre.

  • Obstruction artérielle aiguë.

    Elle est provoquée par l'arrivée d'un caillot qui vient généralement du cœur. Le caillot se forme dans le cœur (le plus souvent à cause de la fibrillation auriculaire, qui est le type d'arythmie le plus fréquent), peut se détacher de la paroi et des grosses artères pour descendre dans la jambe.

    L'obstruction se manifeste par des douleurs, une baisse de sensibilité et de motricité, et une froideur de la jambe.

  • Crampes nocturnes.

    La cause est inconnue et il ne s'agit pas d'un problème médical majeur.

Douleur chronique

  • Diabète ou abus d'alcool.

    Ils peuvent entraîner une dégénérescence de certains nerfs au niveau des jambes, ce qui se traduit par des douleurs ou une perte de sensibilité.

  • Athérosclérose.

    Cet encrassement des artères signifie que les muscles des jambes ne reçoivent pas un apport suffisant en sang lors d'un exercice.

    La personne va ressentir des douleurs, notamment au mollet, après un certain temps de marche qui vont ensuite disparaître après un peu de repos (claudication intermittente).

  • Pincement d'un nerf dans le bas du dos.

    La douleur irradie dans les jambes.

    On parle de douleur projetée parce qu'elle trouve son origine dans la colonne vertébrale.

    La douleur suit le trajet du nerf qui a été pincé et qui descend et se termine dans la jambe.

    L'exemple le plus connu est la sciatique.

Jambes douloureuses : Conseils pratiques

  • Ne pas masser la jambe.

    Si la douleur est due à une thrombose veineuse, le fait de masser la jambe pourrait déloger le caillot, qui risquerait alors d'aller causer des problèmes bien plus graves au niveau des poumons.

  • Marcher régulièrement.

    Un exercice régulier va entretenir une bonne circulation sanguine dans les jambes et diminuer ainsi les risques de thrombose veineuse et d'athérosclérose.

    C'est d'ailleurs l'une des fonctions des muscles que d'aider à pomper le sang vers le cœur.

  • Renforcer les abdominaux.

    Cela favorise le maintien du bas du dos et diminue le risque qu'un nerf s'y coince.

  • Utiliser des sièges rembourrés.

    Toujours afin d'éviter de coincer un nerf dans le bas du dos.

  • Perdre du poids.

    Des kilos en trop signifient une usure accrue des articulations, un risque plus grand de fracture de stress et s'accompagnent souvent d'artères en mauvais état.

  • Élever les jambes.

    Il peut être utile d'élever le pied du lit de quelques centimètres pour aider le retour du sang vers le cœur durant la nuit chez les personnes à risque de thrombose veineuse.

  • Bouger durant les voyages assis.

    Lorsque vous voyagez en avion, il est recommandé de bouger les jambes souvent, de ne pas les croiser de façon prolongée (le creux du genou par-dessus l'autre genou) et de marcher le plus souvent possible pour activer la circulation du sang.

    Vous êtes en voiture ? Alors, faites un arrêt toutes les heures ou toutes les deux heures pour vous dégourdir si vous avez déjà un problème de jambes douloureuses.

    Sinon, arrêtez-vous de temps en temps (la fréquence est un peu moins importante qu'en avion, en autobus ou en train parce qu'il y a plus de place pour les jambes dans une voiture). Cependant, il est contre-indiqué de croiser les jambes.

  • Porter des bas de compression.

    Ils favorisent la circulation et diminuent la douleur, mais ils ne peuvent pas prévenir les récidives de phlébite.

  • Boire de l'eau.

    Si vous faites de l'exercice, il est important de boire régulièrement de l'eau, mais sans excès.

    Les boissons reconstituantes destinées aux sportifs contiennent du potassium, des électrolytes et du glucose, et peuvent être utiles lors d'un effort intensif et prolongé.

  • Glace, compression et élévation pour traiter les douleurs musculaires.

    Du repos, de la glace (pas plus de 20 minutes à la fois, sinon le muscle va mettre en branle des mécanismes de défense contre le froid), un bandage de compression et l'élévation du membre atteint.

    Ce traitement peut être répété trois à quatre fois par jour.

  • De la quinine au coucher contre les crampes nocturnes.

    Dans certains cas, l'utilisation de quinine (sur ordonnance), associée à de la vitamine E, peut réduire la fréquence des crampes nocturnes, mais il faut vérifier avec son médecin s'il n'y a pas de contre-indications.

    La quinine est un antiarythmique qui a la propriété de provoquer une vasodilatation sanguine (le sang circule mieux).

  • Étirer la jambe en cas de crampe nocturne.

    Le meilleur moyen de venir à bout d'une crampe nocturne est d'étirer la jambe tout en pointant les orteils vers le haut.

    Si cela est possible, il est bon de contracter et de relâcher le mollet.

    Enfin, des exercices d'étirement du mollet, trois fois par jour, devraient réduire le risque de souffrir de crampes durant la nuit.

  • Ne pas fumer.

    Le tabagisme provoque des spasmes au niveau des artères, tout en augmentant la coagulation du sang (il rend le sang plus épais).

    Tout cela nuit à la circulation sanguine.

  • Éviter les contraceptifs oraux.

    Il vaut mieux recourir à une autre méthode contraceptive si vous avez souffert de thrombose veineuse, car la pilule peut affecter la coagulabilité du sang.

    De toute façon, votre médecin vous conseillera certainement un autre type de contraception si vous avez déjà eu une thrombose veineuse profonde.

  • Ne pas porter de pantalons trop serrés.

    Un pantalon assez ample à la taille évitera de comprimer les nerfs dans le bas du dos.

  • Éviter les suppléments de sel en cas de transpiration.

    Une ingestion trop importante de sel tend à déshydrater les muscles et peut provoquer des douleurs dans les jambes.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 07 Février 2014 : 13h33
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
A lire aussi
Varices Publié le 07/09/2001 - 00h00

Les veines sont constituées d'une paroi musculaire et de valvules qui ramènent le sang vers le cœur.Lorsque ce système devient défaillant, le flux sanguin ne se fait plus correctement. Ce dernier stagne alors dans les veines défectueuses, leur donnant une apparence bleutée et gonflée. Ce...

Plus d'articles