Il est possible de rétablir le rythme veille-sommeil des aveugles !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Octobre 2000 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 14 Janvier 2016 : 17h46
-A +A

Le rythme veille-sommeil perturbé chez les aveugles peut être restauré par l'administration de mélatonine. Cette hormone, dont la sécrétion dépend de l'intensité de la lumière, est déjà proposée pour combattre le décalage horaire. Aujourd'hui son utilisation pourrait s'étendre à d'autres troubles du sommeil.

Rythme circadien et mélatonine : comment ça marche ?

Le rythme circadien, notre horloge biologique synchronisée sur la période de 24 heures grâce aux signaux lumière-obscurité, gère notre rythme veille-sommeil. Ainsi, toute perturbation peut se traduire par des troubles comme des phases de sommeil retardées ou avancées, ou encore les problèmes associés aux changements de fuseaux horaires, aux heures de travail décalées, et enfin la désynchronisation du sommeil des personnes complètement aveugles. La mélatonine est une hormone sécrétée dans notre cerveau par une structure soumise au rythme circadien. Sa production dépend donc de la luminosité ; son taux est bas pendant la journée, lorsque le corps est à la lumière, et inversement, il est élevé pendant la nuit. Il semblerait que son administration soit capable d'entraîner l'horloge interne et de restaurer un cycle normal. Elle est d'ailleurs utilisée pour combattre le décalage horaire.

De la mélatonine pour resynchroniser le rythme des aveugles

Les aveugles, ne percevant pas la lumière, ont des rythmes circadiens non synchronisés sur la journée, dépassant généralement la période des 24 heures. Ils sont alors sujets à des phases récurrentes d'insomnie et d'endormissement diurne. Une équipe américaine a eu l'idée d'utiliser la mélatonine pour reprogrammer le rythme circadien de ces personnes. En effet, son administration quotidienne pendant 3 à 9 semaines, chez sept volontaires totalement aveugles dont les rythmes dépassaient les 24 heures, a permis de rétablir un cycle normal. L'efficacité du sommeil en a été améliorée, avec une nette diminution des périodes d'insomnie et de somnolence diurne. De plus, poursuivie sur quelques mois avec des doses progressivement réduites, les effets de cette médication se maintiennent à long terme.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 30 Octobre 2000 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 14 Janvier 2016 : 17h46
Source : New England Journal of Medicine, 12 octobre 2000, p 1070, 1114.
A lire aussi
A quoi sert le sommeil ? Publié le 28/10/2015 - 11h27

Le sommeil est une fonction biologique essentielle. Un sommeil à la fois suffisant et de qualité est crucial, et encore plus à l’adolescence, période de vulnérabilité propice aux désynchronisations de l’horloge interne et donc à risque de manque de sommeil chronique. Préserver son...

Mélatonine et décalage horaire Publié le 17/02/2006 - 00h00

La mélatonine est une hormone cérébrale qui règle notre horloge interne, c'est-à-dire notre rythme veille/sommeil. En toute logique, elle pourrait être utile pour lutter contre certains troubles du sommeil ou contre le décalage horaire (« jet-lag »). Mais après une dizaine d'années de...

Travail de nuit et horaires variables : quels risques ? Publié le 23/08/2005 - 00h00

Près de 20% de la population des pays industrialisés exerce une activité professionnelle postée les amenant à travailler de nuit ou à adopter des horaires de travail variables. Les troubles du sommeil constituent une première conséquence de taille.

Plus d'articles