Frissons

Frissons

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 29 Novembre 2013 : 10h45
-A +A

Les frissons se définissent comme un tremblement généralisé, fin, irrégulier et passager, accompagné d'une sensation de froid.

Frissons : Conseils pratiques

Maîtriser les symptômes

Le paracétamol aide à atténuer la douleur, à faire baisser la température, à soulager les douleurs musculaires et les maux de tête qui peuvent y être associés. Des anti-inflammatoires peuvent également être utilisés selon la dose recommandée par le fabricant.

A noter : il faut prendre toutes les doses recommandées si l'on veut éviter le retour des symptômes. Si la température ne baisse pas de façon significative, il peut s'agir d'une infection importante et il faut alors consulter un médecin.

Pas d'aspirine pour les enfants

Donner du paracétamol aux enfants et jamais de l’aspirine. En effet, ce médicament peut provoquer le syndrome de Reye (une maladie très grave avec atteintes neurologiques, rénales et hépatiques qui touche surtout les enfants) en présence d'une infection virale. La varicelle est l'infection la plus "dangereuse" dans ce syndrome, mais les autres comportent certains risques. Comme ces infections peuvent se manifester par de la fièvre, il ne faut jamais donner d'aspirine.

Ne pas utiliser d'alcool à friction

Il est déconseillé d'utiliser ce produit pour frictionner quelqu'un car il y a risque d'intoxication par les vapeurs d'alcool. Durant un massage, la peau absorbe l'alcool. Ce traitement n'est d'ailleurs pas très efficace.

S'hydrater

Si la fièvre ou l'hypothermie est accompagnée de frissons, il est essentiel de bien vous hydrater.

Ne pas boire d'alcool

L'alcool affecte les facultés mentales et peut masquer d'autres symptômes potentiellement dangereux. Il peut entraîner une perte de connaissance ou provoquer une chute. De plus, par temps froid, l'alcool procure une sensation de chaleur mais entraîne finalement une perte de chaleur accélérée.

Ne pas utiliser les médicaments prescrits pour une autre personne

Même si vous pensez souffrir du même mal que votre conjoint, par exemple, ne prenez ni ses antibiotiques ni un autre médicament sans l'avis d'un médecin.

Prendre un bain

Prenez un bain à la température de votre corps pour faire diminuer les frissons.

Se détendre

En cas de stress important, il faut essayer de se détendre. Au besoin, rassurez la personne éprouvée et laissez-la exprimer ses émotions.

Se reposer

Si vous avez une infection virale comme la grippe, votre système immunitaire est plus vulnérable au fur et à mesure que la fatigue augmente.

Frissons : Quand consulter ?

  • Votre enfant a des frissons, de la fièvre, est irritable et léthargique.

    Si, après avoir reçu des doses suffisantes de paracétamol (ou d'ibuprofène), l'enfant ne réagit pas beaucoup, consultez un médecin sans délai, car il peut s'agir d'une méningite ou d'une encéphalite. Chez l'enfant, une élévation de la température au-delà de 40°C peut provoquer des convulsions.

  • Vos frissons réapparaissent sans cesse.
  • Vous avez des frissons et de la fièvre plus d'une heure après les avoir traités adéquatement.
  • La température se maintient au-dessus de 39°C depuis plus de 48 heures, malgré la prise de médicaments.
  • Vos frissons sont accompagnés de troubles respiratoires, de toux et de douleur.
  • Vos frissons sont tellement violents que vous en claquez des dents.
  • Vous êtes secoué(e) de frissons et vous souffrez d'une maladie qui affecte votre système immunitaire, comme le diabète, un cancer, un lymphome ou la leucémie.
  • Vous avez reçu une prothèse de hanche ou une prothèse d'une valve cardiaque (les frissons peuvent être le signe d'une infection).
  • Vous prenez des corticostéroïdes oraux (la cortisone, par exemple, diminue l'immunité) et vous avez des frissons.
  • Vous avez des frissons après avoir été mordu par un chien ou un chat.
  • Vous êtes traité(e) pour un cancer ou êtes en rémission depuis moins de cinq ans et vous avez des frissons.
  • Vos frissons sont apparus de façon brutale avec d’autres signes comme la toux et en période d’épidémie de grippe.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Jeudi 31 Mai 2001 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 29 Novembre 2013 : 10h45
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005.
A lire aussi
Fièvre Publié le 31/05/2001 - 00h00

Lorsque l'organisme combat une agression par des agents infectieux, les globules blancs sécrètent des substances pyrogènes (qui produisent de la chaleur). Celles-ci vont alors stimuler l'hypothalamus (région du cerveau qui, entre autres fonctions, règle la température interne).Il s'ensuit...

Maux de gorge Publié le 31/05/2001 - 00h00

Un mal de gorge se localise, plus précisément, au niveau du larynx (organe où se situent les cordes vocales), du pharynx (l'arrière de la bouche), ou de la cavité buccale. Il peut être accompagné de fièvre, d'une augmentation du volume des ganglions, de congestion nasale, de difficultés à...

Sueurs nocturnes (et sueurs froides) Publié le 31/05/2001 - 00h00

La sudation excessive, qu'il s'agisse de sueurs nocturnes ou de sueurs froides, peut être la manifestation d'une maladie sous-jacente (elle indique que l'organisme ne va pas bien), comme elle peut être la conséquence d'un état émotionnel ou de certaines habitudes de vie.

Courbatures Publié le 31/05/2001 - 00h00

Le terme courbature est employé dans le langage populaire pour désigner les douleurs musculaires diffuses, habituellement sans gravité, qui peuvent s'accompagner de fièvre ou de fatigue. 

Plus d'articles