FIV : le SIDA du chat

FIV : le SIDA du chat

A l’instar du SIDA de l’homme, il existe un virus d’immunodéficience acquise chez le chat. Il s’agit du FIV (virus d’immunodéficience féline). Bien qu’il appartienne à la même famille que le HIV, aucune donnée actuelle ne suggère une possible transmission à l’homme.

Comment votre chat peut-il contracter le virus FIV ?

Votre chat peut contracter le virus FIV s’il est mordu par un autre chat infecté. Mais en général, le virus ne se transmet pas entre les chats d’une même maisonnée. Votre chat infecté peut donc continuer à vivre chez vous avec vos autres chats.

Chat mâle solitaire
La cible principale du virus est le chat mâle adulte solitaire, qui défend son territoire. Le virus ne passant pas le placenta, les chatons nés d’une mère infectée sont sains à la naissance. Par contre, ils peuvent contracter le virus en buvant le lait de leur mère, ou via sa salive.

Symptômes du SIDA du chat

Fièvre, infections de la peau, des intestins...
Le FIV provoque un dysfonctionnement au niveau du système immunitaire du chat : les globules blancs ne fonctionnent plus correctement. Dans un premier temps, votre chat est atteint de fièvre, et ses ganglions peuvent grossir pendant 2-3 mois. A ce moment, il est particulièrement sujet aux infections de la peau et des intestins.

Aucun symptôme mais porteur du virus
Ensuite, le chat guérit, mais le virus persiste dans son sang. Dès ce moment, il peut transmettre le FIV à d’autres chats. Pendant plusieurs années (3-5 ans), le chat peut ainsi excréter le virus, sans que son état ne laisse suspecter son infection. Plus tard, le gonflement des ganglions réapparaît.

Stade terminal
Enfin, le stade terminal de la maladie est caractérisé par des infections virales et bactériennes consécutives à l’immunodépression causée par le virus. On observe alors des infections au niveau de la bouche, du nez, des yeux, de la peau, et des intestins. Le chat peut aussi souffrir d’anémie, de fièvre, et perdre du poids. Tous ces symptômes apparaissent en général chez des chats d’une dizaine d’années.

Mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 08/07/2013
Créé initialement par le 04/10/2004

Trouvez-vous cet article intéressant ?