Cet article fait partie du guide "Sexe, Rein, Système urinaire".

Douleur pelvienne aiguë chez la femme

PUB

Infection
Les douleurs pelviennes aiguës d'origine infectieuse sont essentiellement dues aux micro-organismes associés aux infections sexuellement transmissibles (IST) et parfois à la présence d'un stérilet.
Elles peuvent entraîner de la fièvre et des pertes vaginales.

Torsion de l'ovaire
Les femmes qui ont eu plusieurs enfants courent un risque plus élevé de souffrir d'une torsion de l'ovaire, car les nombreux accouchements entraînent un plus grand relâchement des tissus.

Ovulation
Certaines femmes sentent parfois leur ovulation sous la forme d'une douleur qui apparaît d'un côté de l'abdomen.
Cette douleur dure entre cinq minutes et une heure, puis va en diminuant.

Rupture de la trompe lors d'une grossesse extra-utérine
Il s'agit d'une douleur très vive, qui cause parfois un évanouissement. Cela constitue une urgence.

Rupture d'un kyste ovarien
Il y a deux types de kystes ovariens.

  • Le kyste physiologique qui est dû à la persistance du corps jaune produit après l'ovulation. Ces kystes ont en général moins de 7 cm et ils disparaissent en quelques mois.
  • Le kyste non physiologique est plus gros et permanent.

Un gros kyste peut provoquer de la douleur lorsqu'on le fait bouger, comme par exemple lors d'un examen gynécologique, d'une relation sexuelle ou en cas de gonflement des intestins.

Affections non gynécologiques
Une infection de la vessie, de l'appendice ou du côlon sigmoïde, de même qu'une diverticulite et des calculs rénaux peuvent causer des douleurs pelviennes.

  • Vous ressentez une douleur aiguë à l'abdomen depuis quelques heures.
  • Une douleur dans l'abdomen vous empêche de poursuivre vos activités normales.
  • La douleur s'étend dans tout l'abdomen.
  • La douleur s'accompagne d'autres symptômes, comme de la fièvre, des pertes vaginales plus ou moins nauséabondes ou elle coïncide avec l'arrivée d'un nouveau partenaire sexuel au cours des dernières semaines.
  • Le questionnaire et l'examen gynécologique constituent les premiers pas pour orienter le diagnostic.
    Un examen bien conduit permet de constater s'il y a infection, de vérifier l'état du col, de mobiliser les organes et de constater leur volume et leur emplacement relatif.
    Dans bien des cas, cet examen permet de poser le diagnostic.
  • L'échographie, la laparoscopie, qui consiste à aller voir l'intérieur de l'abdomen à l'aide d'une fibre optique.
  • Une analyse de sang et d'urine à la recherche de signes d'infection, ne sont demandées qu'en cas de doute.

Infection
Une infection se traite par des antibiotiques.
Il est important de traiter assez tôt et assez longtemps pour s'assurer de la guérison et éviter le risque de séquelles quelques années plus tard sous forme d'adhérences ou de destruction des tissus de la trompe, ce qui causerait une perte de fertilité.

Torsion de l'ovaire
Une douleur due à la torsion de l'ovaire ou de la trompe exige une intervention chirurgicale.

Ovulation
La prise d'un contraceptif oral peut être utile si la douleur due à l'ovulation est intense.
Si elle est supportable, il est inutile d'envisager un traitement.

Rupture de la trompe à la suite d'une grossesse extra-utérine
Cet accident exige une consultation en urgence.
Une intervention chirurgicale sera nécessaire et tout sera tenté pour réparer la trompe afin de préserver la fertilité.

Rupture d'un kyste ovarien
Si la douleur est due à la rupture d'un kyste, la patiente sera gardée en observation pendant quelques heures.
S'il n'y a pas d'amélioration, il faudra peut-être envisager une intervention chirurgicale pour enlever le kyste. Cette opération ne nuit pas à la fonction de reproduction.

Affections non gynécologiques

  • Une infection de la vessie et du côlon sigmoïde se traite par les antibiotiques, tout comme la diverticulite.
  • Une infection à l'appendice nécessite habituellement une ablation chirurgicale de l'appendice.
  • Quant aux calculs rénaux, s'ils ne sortent pas tout seul, on peut aller les briser par ultrasons ou les chercher par les voies naturelles, ou, encore, les enlever par chirurgie.
Initialement publié le 31/05/2001 - 02h00 et mis à jour par Dr Philippe Presles le 04/12/2013 - 18h30

Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005.

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
À quoi est dû mon mal de ventre ? Publié le 31/08/2016 - 13h31

De nombreuses maladies et affections se traduisent par des douleurs au niveau du ventre . Quelles sont-elles et comment les distinguer en fonction des caractéristiques des symptômes ressentis ? Attention, si certaines maladies se traduisant par des d...

Quels sont les signes d'une descente d'organes ? Publié le 04/05/2016 - 15h50

Très fréquente chez la femme, la descente d’organes , ou prolapsus , se manifeste par différents signes, plus ou moins gênants, avec à l’extrême une incontinence urinaire. Le point sur les manifestations d’un prolapsus génital et les solutions.

La salpingite, une infection fréquente cause de stérilité Publié le 09/05/2016 - 17h18

La salpingite est une infection des trompes utérines (trompes de Fallope) pouvant être à l'origine d'une stérilité . L’infection est bactérienne et survient le plus souvent au cours d’un rapport sexuel. La salpingite est donc une infection sexuelleme...

Le point sur le rhume de hanche Publié le 30/07/2014 - 09h21

Aussi impressionnants soient ses symptômes, le rhume de hanche est pourtant une maladie bénigne. Un peu d'aspirine et de repos et votre enfant se portera de nouveau comme un charme.

Plus d'articles