Contraception : avoir un stérilet réduirait le risque de cancer du col de l’utérus

Publié par Chloé Parisse, journaliste santé le Jeudi 09 Novembre 2017 : 17h55

Une étude publiée dans la revue médicale américaine Obstetrics and Gynecology révèle que le cancer du col de l'utérus serait moins fréquent chez les femmes ayant un stérilet.

© Adobe Stock

Des chercheurs de l'Université de Caroline du Sud aux Etats-Unis ont réalisé une étude qui démontre un lien entre le port du sterilet et la réduction de risque de cancer du col de l'uterus.

30% moins fréquent chez les femmes qui portent un stérilet

Les chercheurs ont retenu 16 études sur 225 incluant 12 000 femmes à travers le monde pour réaliser une méta-analyse. Les résultats montrent que le cancer du col de l'utérus est environ 30% moins fréquents chez les femmes qui ont utilisé un stérilet au cours de leur vie. Selon les chercheurs, le contraceptif jouerait un rôle protecteur contre le virus sexuellement transmissible papillomavirus, responsable de la quasi-totalité des cancer du col de l'utérus. Le professeur agrégé de médecine préventive clinique et auteure principale de l'étude, Victoria Cortessis, a déclaré au Guardian : "La possibilité qu'une femme puisse bénéficier d'une aide pour la lutte contre le cancer en même temps qu'elle prend des décisions en matière de contraception pourrait potentiellement avoir un impact très fort." Les scientifiques n'ont pas pu déterminer si le type de stérilet ou la durée d'utilisation faisait une différence.

Deux vaccins disponibles en France

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2012, environ 528 000 femmes ont reçu un diagnostic de cancer du col de l'utérus dans le monde et 266 000 femmes sont décédées de la maladie. L'OMS prévoit que ces chiffres atteindront plus de 756 000 et 416 000 respectivement en 2035. En France, l'infection au papillomavirus (HPV) est actuellement contrée par deux vaccins : le Cervarix® et le Gardasil®. Il est indiqué chez filles de 9 à 15 ans en prévention des lésions pré-cancéreuses et des cancers cervicaux, vulvaires, vaginaux et anaux, induits par les HPV 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58 et en prévention des condylomes génitaux induits par les HPV 6 et 11. Le Gardasil-9® est administré en 2 injections pour les jeunes filles de 11 à 14 ans et en 3 injections chez les jeunes filles de 15 à 19 ans. Il est également recommandé aux hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes jusqu’à 26 ans et chez les personnes immunodéprimées jusqu’à 19 ans.En France, moins de 20% de la population cible est vaccinée contre le cancer du col de l'utérus.

Publié par Chloé Parisse, journaliste santé le Jeudi 09 Novembre 2017 : 17h55
A lire aussi
Plus d'articles