Comment améliorer son estime de soi : exercices pratiques

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 08 Décembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 02 Juin 2015 : 12h07
-A +A
La confiance en soi, le respect que l'on se porte, l'appréciation de notre propre valeur, sont autant de critères qui constituent l'estime de soi. Or justement, rien ne va de soi. Entre nos doutes intérieurs et l'attitude extérieure que l'on s'impose face aux autres, nous devons composer pour construire ou reconstruire une image positive de nous-même.

1) Le rapport à soi-même

Il est nécessaire d'apprendre à se connaître, de prendre conscience de ses capacités, de ses limites et de les accepter. Il existe notamment deux types de réactions qui menacent l'estime de soi.

La première est l'autodéfense qui consiste à nier en bloc nos émotions, lesquelles mettraient à jour, soit disant, certaines "faiblesses" ou certaines exigences. Ainsi, on préfère nier une phobie, refouler une colère ou une déception, pour éviter de fragiliser son estime de soi. On cache aux autres et à soi-même de telles émotions pour se protéger.

La soumission aux évènements est également une facon de se ménager en cas d'échec : "c'est comme ça", "de toute facon c'est impossible", "cela n'a pas d'importance". On n'améliore pas son estime de soi en se cachant ou en niant les choses, les actions ou les évènements. De telles attitudes doivent être travaillées, limitées puis éliminées.

2) Le rapport à l'action

L'action renforce l'estime de soi. Mener à bien de petits projets permet d'y contribuer. Devenir expert dans un domaine pointu améliore à la fois le sentiment de compétence personnelle et la reconnaissance des autres, ce qui rehausse en même temps l'estime de soi. Encore faut-il pouvoir passer à l'action, c'est-à-dire réussir à faire taire sa critique intérieure, cette petite voix en nous qui trouve des défauts dans toute action et dans tout projet. Pour cela, il est nécessaire d'accepter l'idée d'échouer. Tout le monde est confronté à des insuccès, lesquels sont toujours enrichissants car ils contribuent à toute réussite ultérieure. D'ailleurs, la plupart des aboutissements ne sont jamais ni tout blanc ni tout noir. Ne pas réussir quelque chose parfaitement n'est pas forcément un échec.

Les personnes ayant une estime de soi basse sont souvent perfectionnistes et très exigeantes vis-à-vis d'elles-mêmes. Il est très important d'accepter de ne pas être parfait.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 08 Décembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 02 Juin 2015 : 12h07
Source : Christophe André, " Imparfaits, libres et heureux, pratiques de l'estime de soi ", éditions Odile Jacob ; " Le guide de psychologie de la vie quotidienne ", sous la direction de Christophe André, Editions Odile Jabob.
A lire aussi
L’enfant surdoué, portrait-robot Publié le 13/07/2016 - 07h50

Avec l’abondance d’informations disponibles sur Internet, on aurait tendance à voir des enfants surdoués -plus exactement doués- un peu partout. La psychologue Arielle Adda, référente dans le domaine des enfants doués -surdoués ou à Haut Potentiel Intellectuel- démêle le vrai du faux...

Déprime Publié le 31/05/2001 - 00h00

Le sentiment de déprime ou de tristesse est un état d'âme dont tout le monde souffre un jour ou l'autre et qui fait partie de la vie courante. Il s'agit d'une réponse humaine universelle à l'échec, à la déception ou à d'autres situations adverses.

Estime de soi : un peu, beaucoup, à la folie ou pas du tout ? Publié le 05/02/2003 - 00h00

L'estime de soi est une représentation psychologique qui ne se définit pas simplement. La grammaire française nous oblige à la conjuguer avec le verbe avoir « j'ai ou je n'ai pas » d'estime (pour moi). En réalité, l'estime de soi se conjugue plutôt avec le verbe être, être content de soi,...

Plus d'articles