Besoin fréquent d'uriner

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Mars 2005 : 01h00
Mis à jour le Mardi 23 Août 2011 : 16h46
-A +A

Située dans le bassin, la vessie est un organe en forme de sac, composé de fibres musculo-membraneuses et tapissé d'une muqueuse. L'urine arrive par les uretères, des canaux qui relient la vessie aux reins. Durant la miction, la vessie se contracte (ce sont les contractions vésicales), le sphincter situé entre la vessie et l'urètre s'ouvre et l'urètre se dilate pour laisser passer l'urine.

Besoin fréquent d'uriner : Comprendre

L'envie d'aller aux toilettes survient d'habitude lorsque la vessie contient environ 250 à 300 millilitres de liquide (un peu plus d'une tasse). L'être humain élimine en moyenne un à deux litres d'urine quotidiennement. Il est normal d'uriner six à huit fois par jour et d'aller aux toilettes une fois durant la nuit. Cependant, beaucoup de gens n'y vont pas du tout la nuit. Si on y va plus souvent, c'est qu'il peut y avoir un problème (évidemment, si on boit beaucoup, il faut s'attendre à y aller plus fréquemment).

Le besoin fréquent d'uriner indique que la vessie a besoin de se vider souvent. Cela ne signifie pas nécessairement que la vessie se remplit au complet très vite. Il peut s'agir d'une vessie vieillissante, d'une vessie hyperactive (c'est-à-dire une vessie qui se contracte trop souvent ou d'une mauvaise façon), d'un problème d'inflammation ou d'irritation des tissus, d'un blocage ou d'un dysfonctionnement de l'urètre qui empêche la vessie de se vider complètement. Ce peut aussi être la conséquence d'une maladie. Il est bon de souligner que le besoin fréquent d'uriner n'est pas la même chose que l'incontinence urinaire.

Avoir de fréquents besoins d'uriner a un impact important sur la qualité de vie : mauvais sommeil, réduction de l'activité sexuelle, baisse de la confiance en soi, sentiment de honte, embarras, retrait des activités sociales, etc. Les personnes doivent toujours s'assurer de ne pas être trop loin des toilettes ; elles ont peur de ne pas pouvoir se retenir, craignent de mouiller ou de tacher leurs vêtements, de sentir l'urine, d'être embarrassées en public, de vieillir prématurément. En outre, la plupart des gens ne cherchent pas d'aide médicale, car ils sont gênés et ignorent qu'il existe des traitements.

Le besoin fréquent d'uriner peut se manifester par les symptômes suivants :

  • besoin d'uriner plus de huit fois durant la journée et plus de deux fois la nuit ;
  • sensation d'urgence ;
  • difficulté à retenir les urines ;
  • le jet urinaire peut être normal, diminué ou d'à peine quelques gouttes.

Besoin fréquent d'uriner : Causes

  • Habitudes de vie. Il faut s'attendre à remplir plus vite sa vessie si on a l'habitude d'avoir en permanence un verre ou une bouteille d'eau à la main. Qui plus est, le café et le thé pris en grande quantité (plus de cinq tasses par jour) ont un effet diurétique (qui augmente la sécrétion urinaire) et irritant sur la vessie, ce qui l'amène à se vider souvent. L'alcool (la bière surtout) a aussi un effet diurétique, tout comme certains produits naturels : la glucosamine, les herbes qui "nettoient l'organisme" et les produits aux propriétés dites amaigrissantes.
  • Cause inconnue. La plupart du temps, après un examen complet, le médecin ne trouve aucune raison au besoin fréquent d'uriner.
  • Vieillissement. De façon naturelle, chez les hommes et les femmes, la vessie perd avec l'âge de sa capacité à retenir l'urine longtemps (parce que les muscles comme le sphincter perdent de leur tonicité). Elle émet donc plus souvent au cerveau le signal qu'elle a besoin de se vider.
  • Diabète. Les diabétiques qui s'ignorent ou ceux dont la glycémie est mal maîtrisée ont souvent besoin d'uriner. En effet, ils boivent beaucoup, car ils éprouvent une soif intense du fait que leur taux de sucre dans le sang est trop élevé.
  • Infections urinaires. Causée par une bactérie ou un virus, l'infection urinaire entraîne une inflammation et une irritation de la paroi de la vessie, ce qui l'amène à vouloir se vider plus souvent. En plus du besoin fréquent d'uriner, l'infection urinaire peut s'accompagner de douleur, de sensation de brûlure à la miction, de sang dans l'urine et, plus rarement, de fièvre.
  • Maladies sexuellement transmissibles (MST). La gonorrhée, la chlamydiose, l'herpès et les condylomes provoquent une inflammation des muqueuses de la vessie. Outre le besoin fréquent et parfois urgent d'uriner, les symptômes suivants sont quelquefois présents : sensation de brûlure à la miction, démangeaisons, sang dans les urines.
  • Cystite interstitielle. De cause encore inconnue, la cystite interstitielle se décrit comme un manque de tissu pour tapisser l'intérieur de la vessie (ce tissu s'appelle le glycosaminoglycans). En fait, cela peut ressembler à un ulcère. Comme la muqueuse à vif supporte mal le contact de l'urine, elle doit se vider plus souvent. On reconnaît la cystite par des douleurs au bas-ventre qui sont soulagées par la miction. Cette maladie touche plus souvent les femmes (neuf femmes pour un homme) sans qu'on sache pourquoi.
  • Hypertrophie bénigne de la prostate. La prostate est un organe de la taille d'une noix situé sous la vessie des hommes et où passe l'urètre. A partir de la trentaine, elle commence à grossir (phénomène normal, mais encore non expliqué) et peut parfois, avec les années, gonfler jusqu'à obstruer l'urètre, empêchant la vessie de se vider normalement.
  • Blocage de l'urètre. Un traumatisme de l'appareil urinaire ou dans la région pelvienne (chirurgie qui guérit mal, installation d'une sonde, accidents de vélo ou de moto) ou un corps étranger dans la vessie (calculs ou objets entrés par le méat urinaire, c'est-à-dire l'ouverture par où est expulsée l'urine) risquent d'obstruer l'urètre. Ce qui se traduira par des besoins accrus d'uriner et une sensation d'urgence.
  • Hyperréflexibilité du détrusor. Le détrusor est le principal muscle de la vessie. Il a la propriété de s'étirer pour contenir l'urine et de se contracter lorsque vient le moment de l'expulser hors de la vessie. Certaines maladies neurologiques (comme la sclérose en plaques, le spina-bifida, les accidents vasculaires cérébraux et les traumatismes de la moelle épinière) détruisent ou endommagent le système nerveux qui contrôle la vessie, ce qui provoque des spasmes (contractions) du détrusor quant il ne devrait pas y en avoir (quant la vessie n'est pas encore pleine).
  • Hyperactivité neurologie de l'urètre. Chez les quadraplégiques, les atteintes neurologiques peuvent faire en sorte que l'urètre se ferme plutôt que de se dilater au moment de la miction. L'urètre et la vessie ne sont donc plus coordonnés et la vessie devient "désordonnée", ce qui se traduit par des spasmes. La personne aura souvent envie d'uriner, sans nécessairement qu'il y ait un jet urinaire normal.
  • Hypersensibilité vésicale. Sans que l'on sache pourquoi, il arrive que certaines personnes soient très sensibles à leur urine (on le remarque surtout chez celles qui ne boivent pas beaucoup). La vessie supporte mal l'urine très concentrée et veut l'éliminer au fur et à mesure.

Guide: 

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 21 Mars 2005 : 01h00
Mis à jour le Mardi 23 Août 2011 : 16h46
Source : Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
A lire aussi
Cystite interstitielle, rare mais très invalidante Publié le 23/04/2007 - 00h00

La cystite interstitielle est une affection urologique rare et très invalidante. À ne pas confondre avec la classique cystite bactérienne, cette autre forme de cystite est une maladie chronique de la vessie, inflammatoire mais non infectieuse. Le point sur cette maladie avec Françoise Watel,...

L'infection des voies urinaires expliquée en vidéo Publié le 19/08/2010 - 14h58

L'appareil urinaire comprend les reins, les uretères, la vessie et l'urètre. Les reins agissent comme un filtre et éliminent les déchets du sang sous forme d'urine. Les uretères assurent le transport de l'urine des reins à la vessie, où elle est stockée puis évacuée du corps par...

Plus d'articles