Arrêtons de sous-estimer le poids de nos enfants !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 14 Février 2014 : 09h51
Mis à jour le Vendredi 14 Février 2014 : 10h19

Ce n’est pas la première fois qu’une étude accuse les parents de mal évaluer, inconsciemment, le poids de leurs enfants. Celle-ci est américaine et montre que 51 % des parents sous-estiment le poids de leur progéniture, avec pour conséquence un retard de diagnostic préjudiciable…

© getty

Une sous-estimation parentale du poids des enfants

La progression de l’obésité constitue un problème de santé publique très inquiétant.

En France, entre 3 et 17 ans, 18 % des enfants souffrent de surpoids ou d’obésité.

Et la majorité d’entre eux deviendront des adultes en surpoids, les exposant à de nombreuses maladies et à de multiples problèmes de santé : diabète, maladies cardiovasculaires, hypertension, problèmes osseux, articulaires, psychologiques, etc.

C’est pourquoi, en matière de prévention, les programmes de lutte contre l’obésité ciblent plus particulièrement les enfants et visent à diagnostiquer le plus précocement tout début de surcharge pondérale. Mais dépister très tôt un surpoids chez un enfant n’est pas aussi aisé qu’il peut y paraître.

En effet, inconsciemment, les parents ne voient pas leur enfant grossir et ont tendance à attribuer toute prise de poids à la croissance. Du moins au début.

C’est ce que démontre cette analyse américaine ayant porté sur près de 70 publications : 51,7 % des parents sous-estiment le poids de leur enfant alors que celui-ci est en excès pondéral. Et lorsque les enfants sont de poids normal, 14 % des parents les voient aussi plus minces qu’ils ne le sont réellement.

PUB

Surveiller les courbes de croissance

Ces données soulignent toute l’importance d’utiliser les courbes de croissance qui figurent dans le carnet de santé. Elles seules sont objectives et impartiales. Tout décrochement de courbe doit alerter les parents et les amener à consulter leur médecin traitant ou le pédiatre.

Il ne faut pas attendre en pensant qu’avec l’âge et les activités sportives la situation va forcément s’améliorer. Car à ce stade, un simple rééquilibrage alimentaire peut suffire à inverser la progression du poids, tandis que plus tardivement, il est toujours plus difficile de déloger un surpoids installé…

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 14 Février 2014 : 09h51
Mis à jour le Vendredi 14 Février 2014 : 10h19
Source : Lundahl A. et al., Pediatrics, February 2, 2014, doi: 10.1542/peds.2013-2690, http://pediatrics.aappublications.org/content/early/2014/01/28/peds.2013-2690.abstract.
PUB
PUB
A lire aussi
Obésité de l'enfant : à dépister avant 6 ansPublié le 02/01/2006 - 00h00

L'obésité de l'enfant est une maladie sérieuse qui s'installe très progressivement, à tel point qu'au début, elle ne se voit pas. La prise de conscience étant souvent trop tardive, il est essentiel de suivre la courbe de corpulence de l'enfant, notamment à la recherche d'un rebond...

L'obésité de l'enfant gagne du terrainPublié le 13/08/2001 - 00h00

L'obésité est un fléau qui n'épargne pas les enfants, de plus en plus nombreux dans les pays occidentaux à souffrir de ce problème. L'obésité expose l'enfant à des complications touchant les articulations, la peau et aussi le métabolisme des graisses et des sucres. A long terme, le risque...

Interview : le coeur de nos enfants est menacéPublié le 22/09/2004 - 00h00

La Journée mondiale du coeur*, qui aura lieu le 26 septembre, est un évènement très important permettant de promouvoir des mesures préventives pour réduire les maladies cardiovasculaires. Cette année, elle est axée sur les enfants et les adolescents, leur coeur étant sévèrement menacé…...

Plus d'articles