Angiomes cutanés

On classe les angiomes en deux grandes catégories :

  • les hémangiomes ou tumeurs vasculaires évolutives (elles régressent lentement) : l'hémangiome du nourrisson est la plus fréquente ;
  • les malformations vasculaires stables : soit de nature capillaire, veineuse ou lymphatique, soit de nature artérielle et artério-veineuse avec fistules (communications anormales) entre artères et veines. Elles ne disparaissent jamais spontanément.

Une origine congénitale

  • Les angiomes sont souvent présents à la naissance ou dans les jours suivant celle-ci.
  • La grande majorité des angiomes n'a aucun caractère héréditaire. Ils résultent d'une malformation vasculaire.
  • Tous les vaisseaux peuvent être concernés (malformations capillaires, veineuses, veines, artério-veineuses, lymphatiques ou plus complexes).

Un traumatisme

  • Un choc ou une perforation peuvent entraîner un angiome artério-veineux (ou anévrysme artério-veineux) à partir d'une lésion non soignée de l'artère et de la veine.
  • Ne pas vouloir traiter à tout prix un angiome bénin ne posant pas de problème particulier (fonctionnel, esthétique).
  • En discuter avec le médecin avant de prendre une décision, sachant que le traitement d'un angiome peut être long, douloureux (parfois) et aux résultats inconstants.

En cas d'hémangiomes

Hémangiome du nourrisson : Lésion très fréquente (chez environ 10% des nourrissons), elle apparaît généralement dans les premiers jours de vie.

L'hémangiome peut être en relief (tubéreux), comme posé sur la peau, de coloration rouge vif, ou sous-cutané (tuméfaction saillante sous une peau normale ou bleutée et de consistance molle) ou encore mixte avec à la fois un angiome sous-cutané et un angiome tubéreux.

L'hémangiome augmente de taille pendant les premiers mois, se stabilise, puis régresse doucement pour disparaître en quelques années dans la majorité des cas.

Complications évolutives possibles de l'hémangiome :

  • ulcération douloureuse, qui en guérissant peut laisser une cicatrice inesthétique ;
  • obstruction d'un orifice : hémangiome de la paupière pouvant retentir sur la vision, hémangiome laryngé (sous glottique) avec risque d'asphyxie, hémangiome dans le nez ou l'oreille avec infections ou hémorragies répétées.

Formes particulières d'hémangiomes :

  • angiome étendu de la face, pouvant s'accompagner de malformations neurologiques et cardiaques ;
  • angiome congénital, se développant pendant la grossesse, pouvant faire penser à une tumeur maligne ;
  • angiome en touffes, tumeur vasculaire, infiltrée, fibreuse, siégeant volontiers à la racine des membres, violine, parfois siège d'une sudation, dont les orifices pilaires sont dilatés. Devant cette tumeur inhabituelle, il faut rechercher des troubles de l'hémostase (coagulation), en raison du risque de syndrome de Kassabach-Meritt ou de consommation plaquettaire. Ces lésions involuent dans les deux premières années de vie.

En cas de malformations vasculaires :

  • angiome plan ou "tache de vin" : angiome capillaire, congénital, formant une tache rouge ou violacée bien limitée. Lorsqu'il touche le territoire du nerf trijumeau (au niveau du visage), il peut parfois être le signe d'une maladie touchant le cerveau et les méninges (syndrome de Sturge-Weber).
  • angiome veineux : nodule sous-cutané de teinte bleutée, il se gonfle à l'effort et en position déclive. Il est le siège de thromboses localisées, régressant en quelques jours et sans danger.
  • lymphangiome : dilatations de vaisseaux lymphatiques, superficielles (petites vésicules cutanées) ou profondes, présentes le plus souvent dès la naissance, mais pouvant apparaître au cours des premières années. À la naissance, la masse kystique, couleur de peau normale ou un peu bleutée, est reconnaissable par son caractère bien limité, la consistance ferme et rénitente.
  • angiome artério-veineux : rare, mais potentiellement grave, car responsable de fistule artério-veineuse (communication anormale entre une artère et une veine) avec risque hémorragique. La lésion débute par une tache rouge, chaude, extensive ou une tuméfaction soufflante ou battante (on peut sentir un frémissement permanent lorsqu'on pose la main dessus). L'oreille et le cuir chevelu sont des localisations caractéristiques.
  • malformations complexes : plusieurs malformations vasculaires de différents types peuvent être associées chez une même personne, le plus souvent localisées au niveau des membres inférieurs.

Tout angiome impose :

  • un interrogatoire afin de préciser sa date d'apparition et son mode évolutif ;
  • un examen clinique qui définit le type d'angiome et sa localisation, il faut vérifier la température cutanée, rechercher un battement, ausculter la lésion ;
  • il faut éliminer un faux angiome plan : si la tumeur est chaude et qu'elle souffle, il s'agit d'une fistule artério-veineuse ;
  • vérifier l'absence d'anomalies associées.

Les examens complémentaires doivent être guidés par les possibilités de traitement :

  • écho-doppler devant un angiome veineux, éventuellement complété par une IRM ;
  • IRM pour un lymphangiome ou un angiome artério-veineux (avec angio-IRM) ;
  • pas d'examen complémentaire nécessaire devant un hémangiome cutané bénin ; une écho-doppler peut être réalisée en cas d'hémangiome développé sous la peau ; en cas d'hémangiome palpébral, un examen ophtalmologique est indiqué pour vérifier l'absence de retentissement sur la vision ; de même un examen ORL est demandé en cas d'hémangiome sous glottique (laryngé) ;
  • biopsie et bilan de l'hémostase pour un angiome en touffe.

Certains angiomes, comme les hémangiomes, ne nécessitent le plus souvent qu'une surveillance régulière.

En cas de préjudice esthétique important, un traitement doit être envisagé (laser ou chirurgie).

Certains hémangiomes peuvent s'ulcérer et devenir douloureux : des traitements antiseptiques associés à des antalgiques sont alors indiqués. Les pansements hydrocolloïdes peuvent également aider à la cicatrisation. En cas d'échec, on envisagera un traitement par laser ou une chirurgie d'exérèse.

Le traitement peut être urgent dans d'autres cas, comme dans le syndrome de Kassabach-Meritt en raison des troubles associés de la coagulation. Un angiome obstruant l'orifice sous glottique doit être traité en urgence par une corticothérapie générale, parfois associée à un traitement laser ou à une intervention chirurgicale. Un hémangiome entraînant une occlusion de la paupière supérieure nécessite également une corticothérapie générale rapide et/ou une intervention chirurgicale.

Les angiomes plans peuvent se traiter par laser pulsé à colorant, en commençant le plus tôt possible après la naissance. Le bénéfice esthétique d'un traitement par laser est très variable : seuls 15% des angiomes plans disparaissent grâce à ce traitement. Il s'agit d'un traitement lourd chez l'enfant, puisqu'il nécessite plusieurs séances pour obtenir un résultat ; les séances de traitement sont douloureuses, imposent une immobilité totale et le port de lunettes. Chez le nourrisson, elles ne se conçoivent que sous anesthésie générale. La décision doit être prise par les parents au terme d'une bonne information et en prenant en considération le type de l'angiome, son extension, sa localisation, la nécessité d'une anesthésie générale et les bénéfices escomptés en regard des répercussions esthétiques et psychologiques.

Les angiomes veineux justifient d'une embolisation ou d'une sclérose. Cependant, aucun traitement n'est possible lorsqu'ils sont volumineux. Dans tous les cas, il importe de faire une contention par vêtement compressif.

Les angiomes artério-veineux sont délicats à traiter et nécessitent une prise en charge médico-chirurgicale spécialisée.

Les lymphangiomes peuvent être améliorés, selon leurs caractéristiques, par des massages lymphatiques, la contention ou la chirurgie.

Les malformations complexes ne peuvent être guéries, mais doivent être améliorées sur le plan fonctionnel. C'est pourquoi elles nécessitent une prise en charge pluridisciplinaire (dermatologues, pédiatres, radiologues, chirurgiens, ORL, etc.).

publié initialement le 23/07/2003 - 02h00 et mise à jour par Dr Philippe Presles le 18/07/2012 - 19h09

Angiomes. G. Lorette, F. Cambazard, Ch. Bodemer. Ann. Dermatol. Venereol. 2002;129:2S176-2S181. Angiomes et malformations vasculaires superficielles. M.C. Riche, O. Enjolras. MEDSI. Dermatologie clinique et vénéréologie. R. Touraine, J. Revuz. Abrégés de médecine. Masson.

Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
Laurie17

Bjr j ai un angium veineux au niveau du cou depuis ma naissance après plusieurs traitement laser rien ne s arange il es parfois très douleureux et sensible j aimerais trouver des solution plus concrète que le laser

isabellerolland

bonjour Laurie17,
moi aussi je souffre du même problème
que toi et à part le laser, aucune autre
solution n'existe au Québec. c'est long,
douloureux et coûtant.
c'est la première fois de ma vie que je
vois quelqu'un qui souffre de ce mal
si tu veux je te laisse mon adresse courriel
i_rolland@yahoo.fr
on pourrait échanger.
xxx

PUB
A lire aussi
Hernie digestive : quels symptômes ? Publié le 10/10/2016 - 10h39

On parle d 'hernie lorsqu’une partie d’un organe traverse anormalement un orifice. Dans le cas d’une hernie digestive , il s’agit le plus souvent d’un morceau d’intestin qui passe par l‘orifice inguinal, situé au pli de l’aine. Mais il existe toute s...

Angiome : pourquoi et comment traiter ? Publié le 10/03/2016 - 14h36

On estime qu’un enfant sur dix naît avec un angiome, tache rouge plus ou moins bombée et plus ou moins grande. Dans la majorité des cas, l’angiome finit par disparaître spontanément, mais certaines taches peuvent aussi se développer à l’âge adulte. D...

Plaies et cicatrisation : tout savoir Publié le 18/07/2016 - 11h51

Autrefois signes bienvenus des accidents de la vie, les plaies aujourd’hui doivent être réparées, vite… et bien ! De la connaissance du processus de cicatrisation, sont nées des solutions de réparation très techniques.

Boule sous la peau : qu’est-ce qu’un lipome ? Publié le 16/09/2016 - 17h36

Un lipome est une boule de graisse qui apparaît sous la peau. Des lipomes peuvent se développer à n’importe quel endroit de l’organisme. Bénin, le lipome présente des caractéristiques spécifiques permettant de le différencier d’une tumeur maligne…

Plus d'articles