Vous projetez de faire un bébé : commencez par la consultation préconceptionnelle

Publié le 17 Février 2006 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
Avec 65% des enfants qui naissent hors mariage, la consultation prénuptiale est devenue marginale. En conséquence, il faudrait généraliser la consultation préconceptionnelle afin de repérer les problèmes éventuels et d'envisager les différentes stratégies optimisant les chances de conception et de grossesse non compliquée. Celle-ci serait l'occasion de faire des recommandations et de prévenir.
© Fotolia
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Cette consultation préconceptionnelle peut être réalisée par un médecin généraliste, un gynécologue, un gynécologue-obstétricien ou une sage-femme. Elle est classiquement proposée lors d’une demande d’arrêt d’une contraception et comprend : un examen clinique, des examens biologiques (groupe sanguin, sérologie de la toxoplasmose, de la rubéole, du VIH, hépatite B, C, syphilis…), des vaccinations (rattrapage de la coqueluche, rubéole…).

En outre, de nombreux conseils d’hygiène de vie sont divulgués après analyse des facteurs de risque (tabac, alcool, alimentation et exercice physique, automédication, pénibilité du travail, risques professionnels, etc.).

Prévenir les risques des grossesses tardives

En trente ans, l'âge moyen des grossesses est passé de 22 à 29 ans. Les grossesses au-delà de 35 ans sont donc de plus en plus fréquentes, alors qu'elles s'accompagnent d'une petite augmentation des risques généraux, notamment de trisomie 21 et de fausses couches.

Il est donc nécessaire de prévenir les femmes et de les encourager à faire des enfants avant 30 ans, et en tout cas avant 35 ans.

Poids à surveiller

L'obésité est en forte croissance. Or elle s'accompagne de nombreux risques : difficultés à la conception, diabète gestationnel, hypertension gravidique (développée pendant la grossesse), etc.

Inversement, une maigreur excessive peut notamment favoriser la prématurité.

La consultation préconceptionnelle serait donc l'occasion de prévenir les futures mères et de les encourager à retrouver un indice de masse corporelle compris entre 19 et 25 (poids en kg sur la taille en m au carré).

Lutter contre le tabac, l'alcool, les drogues et l'automédication

Objectif zéro tabac pendant la grossesse

De nombreuses femmes fument avant la grossesse et toutes n’arrêtent pas au cours de celle-ci. Le tabac est particulièrement néfaste durant la grossesse et de plus, il nuit à la fertilité. Planifier l'arrêt avant est essentiel et le reste à tout moment de la grossesse. Le recours aux substituts nicotiniques est possible.

Attention, l'arrêt pendant la grossesse peut s'accompagner d'une prise de poids. Raison de plus de se faire aider par un professionnel de santé, pour prévenir la prise de poids, être encouragée, bien suivie et conseillée.

Pendant la grossesse, c’est aussi zéro alcool !

L'alcool est aussi un problème majeur, avec un risque d'intoxication fœtale. L'objectif : zéro alcool durant toute la grossesse et l’allaitement.

Évidemment toute prise de drogue doit être interrompue : cannabis, ecstasy, amphétamines, opiacés.

Et enfin, jamais d'automédication, et toute prescription médicale doit tenir compte du projet natal ou de la grossesse en cours.

Maladies infectieuses, dépistages et vaccinations

Les éventuelles infections et l'état des vaccinations doivent être connus avant toute grossesse : sérologies de la syphilis, de la rubéole, de la toxoplasmose. La sérologie du virus du sida est facultative. Le cas échéant, des conseils seront divulgués.

Il existe également des recommandations alimentaires pour éviter une listériose.

Supplémentation en acide folique

Il est recommandé de débuter cette supplémentation dès qu’il y a un projet de grossesse (idéalement un an avant la conception) et de la poursuivre jusqu’à la 12e semaine d’aménorrhée afin de prévenir certaines malformations fœtales (fermeture du tube neural).

La consultation préconceptionnelle permet également de prendre en charge rapidement toute difficulté de conception, de discuter de l'espacement des grossesses, d'éventuelles expositions à des facteurs toxiques (irradiations, solvants industriels…), mais aussi de prévenir les femmes avant la conception de l'importance d'une alimentation saine et d'équilibrer toute pathologie (diabète, hypertension…).

Source : FMC, le Quotidien du médecin, 31 janvier 2006.