La vaccination infantile doit beaucoup à Nelson Mandela

Soumis par la Rédaction le
Nelson Mandela a été le premier président du conseil d’administration du « Vaccine Fund ».Il a rallié de nombreux chefs d’État à la cause de la vaccination infantile, contribuant à sauver des millions de vies à travers le monde.À l’occasion de sa disparition, E-santé tient à rendre hommage à sa vision et à son engagement comme bienfaiteur de l’humanité, notamment au service de la santé des enfants.
PUB
© Istock

Avec Nelson Mandela, tout pouvait devenir possible

L’exemple le plus connu est celui de la paix et de la réconciliation nationale après la fin de l’apartheid, alors que les peurs, les haines et les rancœurs étaient maximales. Un autre exemple lui aussi connu est la victoire des Springbox lors du Championnat du monde de Rugby en 1995, alors que cette équipe n’était pas favorite, et n’était soutenue que par les Afrikaners au début du tournoi. Dans ces deux exemples, Nelson Mandela avait réussi l’impossible en mobilisant un peuple uni, derrière sa reconstruction, et derrière sa fierté.

Quand Nelson Mandela prend la direction du conseil d’administration du « Vaccine Fund », il dut là aussi faire face à une situation impossible. Des millions d’enfants mourraient à travers le monde faute de vaccins, ceux-ci restant beaucoup trop chers, hormis dans le cadre de quelques programmes internationaux, comme les campagnes de vaccination contre la polio.

PUB
PUB

Il réussit à convaincre de nombreux chefs d’État de rejoindre cette cause et de rechercher des solutions de financement et d’organisation.

Vaccination des enfants dans le monde : une mobilisation internationale grâce à Nelson Mandela

C’est ainsi qu’outre l’Afrique du Sud, il mobilisa derrière lui l’Australie, le Canada, le Danemark, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Irlande, l’Espagne, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suède, la Commission européenne, la Norvège, le Japon, la République de Corée, la Russie et les États-Unis d'Amérique. L’ensemble de ces pays donateurs, l'Organisation mondiale de la Santé, l'UNICEF, la Banque mondiale, et des donateurs privés comme la Fondation Bill & Melinda Gates, s’associèrent à l’industrie pharmaceutique pour mettre sur pied l’Alliance GAVI.

En impliquant les pays bénéficiaires, GAVI allait mettre en œuvre des mécanismes innovants de financement afin de garantir la pérennité des programmes et la fourniture en quantité de vaccins de qualité.

Soumis par la Rédaction le
PUB

A lire aussi

Vaccination des nourrissons contre le rotavirus : l'exemple du Mexique

Rougeole : une hausse mondiale de 31% en 2017

L’aluminium dans les vaccins est innocenté

Rougeole : grâce à la vaccination, la mortalité a reculé de 78% dans le monde

Rougeole : il n’y a pas de quoi rire

Journée mondiale sans tabac : la France trop laxiste ?

Plus d'articles