Vrai/faux sur la vaccination

Les vaccins sauvent des millions de vies de par le monde. Dans les pays développés, certaines maladies qui étaient autrefois de véritables fléaux ont complètement disparu. Le spectre de ces maladies ayant reculé, nos inquiétudes se focalisent désormais sur les effets secondaires des vaccins. De tout temps, les vaccins ont suscité des réactions contraires et passionnées. Et vous, quelles sont vos craintes vis-à-vis des vaccins ?
Publicité

Victimes de leur succès, les vaccins inquiètent toujours. Faites le tri parmi vos idées et suppositions.

Se faire vacciner, c'est prendre un risque inutile : Faux.

Le risque zéro n'existe pas. Le simple fait de suivre un traitement lorsque l'on est malade peut s'accompagner d'effets secondaires. Par comparaison, ceux des vaccins sont reconnus pour être vraiment minimes. Dans tous les cas, il faut mettre en balance les risques liés à la vaccination avec ceux liés à la maladie. La rougeole par exemple est une maladie qui peut être mortelle. L'hépatite B est aussi une maladie qui peut être mortelle, alors que le risque rarissime de sclérose en plaques lié à la vaccination n'est pas établi.

Mon enfant est allergique à l'œuf, chaque vaccin est dangereux pour lui : Faux.

Publicité
Publicité

Deux vaccins sont développés avec des protéines issues de l'œuf : le vaccin contre la grippe et le vaccin contre la fièvre jaune. Ils sont donc contre-indiqués chez un enfant connu pour être allergique à l'œuf. En revanche, celui contre la rougeole n'est plus contre-indiqué car il ne contient que des traces infimes d'ovalbumine, sans aucun risque en cas d'allergie aux protéines d'œufs.

Les vaccins contribuent à augmenter les maladies allergiques : faux.

Toutes les grandes études dites cas-témoins (comparaison de sujets vaccinés à des sujets non vaccinés) ont conclu qu'ils n'existent aucune relation entre la vaccination et les maladies allergiques.

J'ai développé un syndrome grippal juste après avoir reçu le vaccin contre la grippe : Vrai.

Le vaccin contre la grippe est un vaccin tué. Il ne peut donc pas transmettre la grippe. En revanche, dans les 24 à 48 heures qui suivent l'acte vaccinal, une réaction fébrile bénigne (fièvre très légère, fatigue) avec des douleurs musculaires peut se manifester durant une journée environ. À noter également que la vaccination contre la grippe ne protège pas contre les autres virus pouvant donner des syndromes grippaux : fièvre, fatigue, maux de tête, de gorge, toux, etc. sont des signes qui accompagnent de nombreuses affections virales hivernales. Enfin, le virus contre la grippe n'est pas efficace à 100%, notamment si le virus s'est un peu modifié après la fabrication du vaccin.

Il est préférable de favoriser l'immunité naturelle de l'enfant : Faux.

Ce raisonnement pourrait être valable face à des maladies bénignes et non mortelles. Il faut savoir que le vaccin stimule l'immunité de la même façon que la maladie. Mais la maladie donne souvent une immunité plus solide, d'où la nécessité des rappels pour certains vaccins.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 14 Septembre 2009 : 02h00
Source : Panorama du médecin, septembre 2009.