Une jeune femme décède d’une méningite à Montpellier

© Istock

Une femme de 20 ans est morte d'une méningite foudroyante à l'hôpital Lapeyronie de Montpellier (Hérault), dans la nuit du 14 au 15 mai. Ses proches sont actuellement traités à titre préventif.

PUB

La méningite a été foudroyante. Dans la nuit du 14 au 15 mai, une jeune femme a succombé à l'infection dans un service de l'hôpital Lapeyronie de Montpellier (Hérault). Elle s'y était présentée quelques heures plus tôt, à cause de symptômes évoquant la maladie.

Lorsqu'elle a été admise, Coline souffrait de signes clairs : maux de tête, vomissements et tâches sur le corps, d'après ses proches contactés par Midi Libre. Selon eux, la méningite C aurait provoqué une défaillance des reins.

PUB
PUB

Mais l'Agence régionale de santé (ARS) d'Occitanie se montre plus prudente. Elle rappelle que des expertises sont encore en cours pour comprendre l'origine de l'infection. A titre préventif, les proches de la jeune femme ont tout de même été traités par antibiotiques.

Fièvre, maux de tête et vomissements

Ce drame n'est pas sans rappeler un précédent tout aussi sombre. Le 4 mai déjà, un étudiant de Carnon, près de Palavas-les-Flots, a succombé à une méningite à méningocoques.

Chaque année, quelque 500 cas de méningites bactériennes sont signalés aux autorités. Plus sévères que celles d'origine virale, elles nécessitent un traitement antibiotique car elles peuvent être mortelles. Les méningocoques de groupe C figurent parmi les principales souches repérées.

La méningite se manifeste principalement par une forte fièvre accompagnée de violents maux de tête et de vomissements. Parfois, ces symptômes peuvent s'accompagner d'un syndrome méningé : raideurs de la nuque, léthargie, perte de conscience.

Les tâches qu'a présentées la jeune femme portent le nom de "purpura". Il s'agit d'hémorragies minuscules qui se situent au niveau de la peau et des muqueuses. Leur apparition est rarement un bon signe pour le ou la patient.e.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés