Un homme a survécu à un arrêt cardiaque de 18 heures

Publié le 05 Avril 2018 par Manon Anger, journaliste santé
A Béziers près de Montpellier, un homme en arrêt cardio-circulatoire n'étais pas censé survivre. Mais après 18 heures de tentatives de la part des médecins, son coeur est reparti. 
PUB
© Istock

Cet homme de 53 ans serait-il un Roméo moderne sans Juliette à son chevet ? Son coeur a cessé de battre pendant 18 heures. Alors que d'autres auraient pu renoncer, ses médecins au CHU de Lapeyronie (Béziers, Hérault) ont persévéré à juste titre.

Le 12 mars, la famille d'un homme s'inquiète à Béziers. Il n'est pas revenu de chez son frère comme cela était prévu. Quand ses proches prennent conscience qu'il a disparu, ils décident de retracer son itinéraire. I ls trouvent alors l'homme, inanimé sur le bord de l'Orb. Immédiatement, on pense à un malaise car il n'y a aucune trace de violence ni de signes impliquant une chute dans le fleuve.

Très vite, l'hypothermie est diagnostiquée. Son corps est à 22 degrés... et c'est peut-être ce qui va le sauver. Les secouristes emmènent l'homme à l'hôpital aussi vite que possible. Tout au long du trajet, un massage cardiaque lui sera procuré.

Le cerveau a été protégé

Les bonnes pratiques recommandent de cesser la réanimation. Mais l'équipe continue et donne à cet homme la chance de survivre. "Les médecins ont jugé, à juste titre, quec'était peut-être l'hypothermie qui empêchait le coeur de repartir. Il fallait donc d'abord réchauffer la victime avant de conclure à l'échec des massages", souligne le docteur Charbit pour nos confrères de Midi Libre.

PUB

Ils pensaient que le froid avait permis de protéger le cerveau ainsi que les autres organes vitaux. Pour cela ils ont continué leur travail jusqu'à ce que le corps du patient soit remonté à 37 degrés.

PUB

Durant plusieurs heures, l'homme survit grâce aux machines. Après 18 heures, les efforts de toute l'équipe médicale sont récompensés. Le coeur bat de nouveau. Aujourd'hui, dans sa chambre, le patient reprend doucement des forces.

Si ce genre de cas a déjà été observé après une avalanche, il n'avait jamais été d'une telle envergure. C'est pour cela qu'une publication dans une revue internationale est prévue.  Cependant, il faudra être patient. "Cela mettra sans doute un an, le temps que l'on étudie, que l'on décrypte les données scientifiques, qu'elles soient validées", soulignent les médecins.

Un autre cas d'école

Ce n'est pas la première fois qu'une telle prouesse se produit. Pour preuve, l'aventure d'un adolescent en Italie, en avril 2015. 43 minutes sous l'eau, c'est beaucoup. Beaucoup trop pour survivre normalement. Mais ce jeune de 14 ans a survécu malgré un temps très long passé dans une rivière.

Le jeune homme se retrouve coincé sous l'eau par des racines en se baignant dans le Naviglio, un cours d'eau qui traverse Milan. Quand enfin le corps est dégagé, il est en arrêt cardio-circulatoire et sa température interne est de 29 degrés. Une heure s'écoule entre sa sortie de l'eau et son arrivée à l'hôpital.

Mais alors que les médecins auraient pu renoncer, ils s'accrochent et le branchent à différentes machines pour réchauffer son corps et faire repartir son coeur. Au bout d'une quinzaine de jours, les médecins décident de se concentrer sur le cerveau de l'adolescent. En mai, ils constatent une activité neurologique normale.

Ce patient est, comme l'homme de 53 ans, un cas d'école mais surtout un aperçu de  la persérvérance dont peuvent faire preuve les médecins. Un choix judicieux dans pour ces deux personnes.

PUB

A lire aussi

Déclaré mort, un homme se met à ronfler juste avant son autopsie

Quel massage pour vous ?

Le massage, c'est la santé !

5 effets du froid sur le corps

Migraine

Plus d'articles