Trop d'athlètes ignorent leur asthme

Nombre d'asthmatiques s'ignorent. Les résultats d'une étude portant sur une population d'étudiants sportifs, nous démontrent clairement que cette affection est sous diagnostiquée et sous traitée chez les athlètes.
PUB

L'asthme, cette affection qui atteint les bronches et l'appareil respiratoire est en constante augmentation dans nos pays industrialisés. Se manifestant généralement entre les âges de 5 à 15 ans, l'asthme touche 2 à 5% de la population. Evoluant par crises, cette maladie cède heureusement spontanément ou sous l'effet d'un traitement. Ce dernier repose sur l'inhalation d'un médicament bronchodilatateur et d'un anti-inflammatoire, capables d'élargir les bronchioles afin d'améliorer le passage de l'air et de réduire l'inflammation locale.

Or cette affection, pourtant fréquente, est trop souvent ignorée et sous traitée. Il en est de même chez les athlètes, comme le montrent les résultats d'une analyse réalisée chez des étudiants. Pas moins de 800 étudiants sportifs ont été suivis sur une période de 18 mois afin de dépister un asthme éventuel. Les auteurs ont utilisé la mesure du débit de pointe au repos et après une course de 8 minutes comme indice de diagnostic ; une chute de 15% de ce débit après l'effort était considérée comme révélateur d'un asthme.Si initialement 6,1% des étudiants étaient des asthmatiques connus, cette enquête a diagnostiqué un asthme, jusque là ignoré, chez 49 autres athlètes. Au cours de cette étude, un questionnaire a également été employé. Pour un diagnostic de l'asthme, celui-ci avait une valeur prédictive positive de 42% et négative de 97%.Ainsi, malgré des outils de diagnostic efficaces, cette maladie reste sous diagnostiquée.

PUB
PUB

Plus grave encore : un traitement inadapté !

Cette étude révèle également une prise en charge inadaptée de cette affection chez les étudiants asthmatiques connus. En effet, 85% d'entre eux étaient incapables de réaliser cette course de 8 minutes malgré leur traitement habituel.

L'asthmatique et le sport

La pratique régulière d'un sport peut permettre de repousser la crise, voir de l'éviter. Il est alors nécessaire de respecter une période d'échauffement. Par ailleurs, un traitement préventif à prendre avant l'effort est généralement efficace.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 17 Juin 2002 : 02h00
Source : Becker J.M. et coll., Ann. Allergy Asthma Immunol., 2002, 88 : 380-384.