Un test de l'haleine pour dépister le cancer ?

Publié le 03 Décembre 2010 | Mis à jour le 07 Décembre 2010 par Julie Luong, journaliste santé

Actuellement, le diagnostic d'un cancer, quel qu'il soit, ne peut être fait que sur la base d'une biopsie (prélèvement et analyse microscopique). Mais des recherches étudient actuellement l'utilité d'un test de l'haleine dans le dépistage des principaux cancers.

PUB

Aussi simple qu'un alcootest

PUB

Une étude menée par les chercheurs de l'Institut technologique Technion d'Israël avait déjà montré qu'un test de l'haleine pouvait être utile dans la détection du cancer du poumon. Une nouvelle étude publiée dans The British Journal of Cancer vient de confirmer que le test de l'haleine, simple d'utilisation et aussi économique qu'un alcootest, permettait de détecter la présence des principaux cancers (cancer du poumon, du sein, des intestins et de la prostate).

PUB

Un nez artificiel pour détecter les cancers

L'étude, basée sur 177 volontaires, malades ou non, a montré qu'un "nez artificiel" pouvait non seulement identifier les patients atteints d'un cancer mais aussi identifier le type de cancer présent, quel que soit l'âge et le sexe du patient. Saugrenu ? Pas vraiment. La croissance tumorale s'accompagne en effet de modifications des gènes et des protéines, qui peuvent entraîner l'émission de composants organiques volatiles (COV) repérables dans l'haleine. Les nanocapteurs, reproduisant artificiellement "un nez", sont tout à fait capables de détecter ces COV.

Source : Merci au Dr Vander Steichel, directeur scientifique de la Fondation contre le cancer. Peng, J., British Journal of Cancer, juillet 2010