Tabac : les patchs seront remboursés dès ce dimanche

© Istock

L'accompagnement du sevrage tabagique évolue à compter du 20 mai prochain. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le remboursement par la sécurité sociale des chewing-gums et des patches à la nicotine.

PUB

Fini le forfait de 150 euros par an. Désormais, les substituts nicotiniques seront remboursés pour toute personne souhaitant arrêter de fumer. Agnès Buzyn en a fait l'annonce ce 16 mai dans un communiqué.

"Deux premiers traitements de substitution nicotinique sont désormais remboursables par l'Assurance maladie", indique le ministère de la Santé : les chewing-gums à base de nicotine et les patchs. D'ici la fin de l'année 2018, cette prise en charge va remplacer le forfait de 150 euros par an et par personne.

PUB
PUB

L'objectif de cette mesure est de faciliter le sevrage tabagique pour les Français et les Françaises qui en expriment le désir. Il suffira d'une prescription pour se voir délivrer les médicaments concernés, sans avance de frais. Le ministère de la Santé espère donc améliorer l'accès des personnes aux revenus modestes.

Rembourser les substituts nicotiniques devrait avoir un autre effet vertueux : celui de lisser les prix des patches et chewing-gums dans les différentes pharmacies. Comme l'a montré une enquête de l'association Familles Rurales, le prix d'une boîte de Nicopass peut gonfler de 12 euros selon les officines.

Les ventes continuent de reculer

Il faudra donc compter 14.14 euros pour une boîte de gommes Nicotine EG et environ 28 euros pour les patches Nicorette Skin. Ces tarifs entreront en vigueur à partir du 20 mai, date de prise d'effet de l'arrêté.

Cette amélioration de la prise en charge vient compléter la politique anti-tabac menée par le gouvernement. Le prix du paquet de cigarettes a déjà été augmenté à plusieurs reprises. L'objectif est d'atteindre 10 euros d'ici 2020.

Ces mesures semblent fonctionner, à en croire l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). Dans son tableau de bord du premier trimestre 2018, l'institution constate un recul des ventes, particulièrement marquée au mois de mars.

Par rapport aux trois premiers mois de 2017, le marché du tabac a reculé de 8 % pour les cigarettes, 14 % pour le tabac à rouler. A l'inverse, les ventes de substituts nicotiniques ont grimpé de 11 % environ. L'OFDT salue deux mesures : "le passage de 50 à 150 euros, en novembre 2016, du remboursement forfaitaire" et la prise en charge du Champix (varénicline), qui avait été suspendue.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés