Système immunitaire : bébé est-il prêt dès la naissance ?

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 28 Octobre 2011 : 10h56
Mis à jour le Mercredi 02 Novembre 2011 : 11h50

Bébé est né, zoom sur son immunité. Opérationnel à la naissance, le système immunitaire du nouveau-né a cependant besoin de temps pour devenir réellement performant…

© Istock
PUB

Le système immunitaire du nourrisson : opérationnel, mais trop « naïf »

À la naissance, le système immunitairedu nouveau-né est quasiment fonctionnel (les cellules du système immunitaire sont formées). En revanche, il est dit « naïf », c’est-à-dire que le systèmeimmunitaire n’est pas encore « rodé ». Autrement dit, au début, son système de défense réagit mais lentement. Normal, c’est la toute première fois qu’il se retrouve confronté à des substances étrangères.

Cette acquisition de l’immunité se fait par transfert transplacentaire d'immunoglobulines G (IgG) lors du 3e trimestre de grossesse. Ensuite, un autre transfert maternel, des IgA maternelles cette fois, est favorisé lors de l’allaitement. Ces IgA permettent au nouveau-né de se défendre contre les antigènes des bactéries vaginales maternelles.

Enfin, via l’allaitement, bébé reçoit les nutriments qui vont « nourrir » les bactéries intestinales et servir à constituer la flore intestinale. Cette flore intestinale contribue à une protection naturelle contre les allergies et les infections.

Progressivement, le système immunitaire se renforce et devient opérationnel. Mais durant de nombreux mois encore, bébé reste fragile face aux germes, virus et bactéries. C’est parce que certains d’entre eux sont tellement redoutables que l’on vaccine si tôt les nourrissons, et à défaut l’entourage pour limiter le risque de transmission par les parents, la fratrie et les grands-parents. En quelque sorte, la vaccination a pour but de stimuler le système immunitaire vis-à-vis de certains germes : en injectant de petites doses d’antigènes ou des antigènes désactivés, on force le système à fabriquer des anticorps spécifiques qu’il gardera en mémoire. Ainsi s’il vient à entrer à nouveau en contact avec de tels antigènes, il sera plus rapidement opérationnel.

PUB
PUB

Immunité et prématurité

En cas de prématurité, le système immunitaire du bébé n’est pas prêt du tout à se défendre contre les microbes. Il est d’autant plus immature que la prématurité est importante. Le nouveau-né doit alors être protégé et faire l’objet de soins spécifiques. Il est placé en couveuse, c’est-à-dire en milieu stérile, pour éviter tout contact avec les agents infectieux. Le personnel soignant et les parents doivent prendre des précautions particulières pour éviter de transmettre des germes au bébé : port d’un masque, hygiène des mains, blouse, chaussons, charlotte… tout risque d’infection alors que le système immunitaire du bébé est encore immature peut avoir de graves conséquences, et ce d’autant plus que le bébé est né loin du terme…

On retiendra ici que la lutte contre la prématurité est primordiale et qu’il est également essentiel de protéger les nourrissons des risques infectieux, par exemple en vaccinant l’entourage (parents, fratrie, grands-parents) contre certaines maladies, et notamment contre la rougeole, actuellement en recrudescence et souvent transmise par les parents eux-mêmes.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 28 Octobre 2011 : 10h56
Mis à jour le Mercredi 02 Novembre 2011 : 11h50
PUB
PUB
A lire aussi
Erythème fessier : conseils pratiques Publié le 19/10/2009 - 00h00

Les fesses rouges et irritées, c'est très souvent le lot des bébés qui portent une couche. Ce problème sans gravité, mais très fréquent et très inconfortable, a ses solutions...Voici quelques conseils pour aider les bébés qui souffrent d'érythème fessier.

A quoi servent les probiotiques ? Publié le 26/10/2009 - 00h00

La flore intestinale se compose de milliards de micro-organismes. Certains d'entre eux appartiennent à la famille des probiotiques, lesquels ont des effets bénéfiques sur cette flore, qui peuvent se répercuter sur tout l'organisme. Le point sur ces bactéries et levures dites probiotiques.

Prématurité : quel avenir pour les enfants nés trop tôt ?Publié le 15/12/2014 - 07h00

En matière de prématurité, la médecine a fait d’énormes progrès et permet à des bébés parfois nés très tôt et très petits de survivre.Mais une fois sortis de l’hôpital, ces enfants ne sont pas toujours sortis d’affaire. Quelles sont les conséquences de la prématurité ?

MICI : la flore intestinale joue un rôle primordialPublié le 16/05/2016 - 08h46

Selon des chercheurs français, la génétique n’explique pas à elle seule les dérèglements inflammatoires à l’origine des MICI ou maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Crohn et rectocolite hémorragique). Des facteurs environnementaux comme la composition de la...

Plus d'articles