Stress au travail et à la maison : la faute au GSM

Le fait d'être joignable par GSM en tout lieu et à toute heure augmente le stress tant dans la vie privée que dans la vie professionnelle. En cause : les nouvelles techniques de communication mobile qui rendent la frontière entre ces deux mondes de plus en plus floue.
PUB

L'utilisation généralisée du GSM brouille la frontière entre le travail et la vie privée et augmente le niveau de stress dans ces deux environnements. En effet, une étude américaine récente pointe du doigt le GSM dans le déversement des problèmes de boulot dans la vie privée, tant pour les hommes que pour les femmes. Les chercheurs en sociologie et psychologie de l'Université du Wisconsin ont mis en évidence le coût psychologique frappant les travailleurs possédant un GSM, puisque cette technologie de la communication mobile les rend pratiquement joignables 24h sur 24.

PUB
PUB

Couples de travailleurs avec GSM

Au cours de cette étude, les chercheurs ont analysé des données fournies par une enquête menée auprès de couples dont les deux membres exercent une activité professionnelle afin de déterminer si le débordement croissant de la vie professionnelle dans la vie privée causé par les nouvelles techniques de communication était associé à long terme à des modifications du stress au travail et/ou du bonheur familial. Les résultats, publiés dans le « Journal of Marriage and Family », ont mis en évidence, sur une période de 2 ans, une diminution du bonheur familial et une augmentation du stress, associées à la possession d'un GSM.

Effet boomerang pour les femmes

Les psychologues et sociologues responsables de l'étude ont observé que l'intrusion des soucis professionnels dans la vie de famille provoquée par le recours au GSM avait des conséquences négatives tant pour les hommes que pour les femmes, mais que seules les femmes subissaient aussi l'effet inverse, à savoir le déversement des problèmes familiaux augmentant le stress dans la vie professionnelle.

Publié le 17 Janvier 2006
Auteur(s) : Claudine De Kock, journaliste santé
Source : Chesley N.
Voir + de sources
, Journal of Marriage and Family, vol 67, pp 1237-1248, décembre 2005.