Un simple patch diagnostique l'allergie au lait de vache

Les symptômes de l'allergie aux protéines de lait de vache n'étant souvent pas spécifiques, le diagnostic est difficile. Il existe désormais un test sous la forme d'un patch que les parents peuvent eux-mêmes appliquer sur le dos de leur enfant. Mais attention, la lecture du résultat nécessite la compétence d'un médecin.
PUB

L'allergie aux protéines de lait de vache est la plus fréquente

Les allergies alimentaires sont particulièrement fréquentes. Elles auraient même doublé aux cours des dix dernières années, affectant près de 8% des enfants et nourrissons. L'allergie aux protéines de lait de vache est la plus répandue des allergies alimentaires chez les nourrissons. Et cette maladie, responsable de symptômes très divers, a des conséquences douloureuses et handicapantes pour l'enfant et sa famille.

Soulignons qu'après l'âge de la diversification alimentaire, l'allergie aux protéines de lait de vache s'accompagne d'autres allergies alimentaires et qu'elle révèle aussi un terrain allergique qui peut s'exprimer plus tard par des manifestations respiratoires, comme des rhinites et de l'asthme.

PUB
PUB

Mais cette allergie est également déstabilisante car difficile à diagnostiquer.

L'allergie aux protéines de lait de cache : une allergie aux symptômes peu spécifiques

On distingue deux types d'allergies aux protéines de lait de vache :

Une allergie à réaction immédiate

L'une est à réaction immédiate, dite IgE médiée, se manifestant rapidement après l'ingestion (moins de deux heures après : urticaire, oedème, bronchospasme et rarement choc anaphylactique).

Une allergie à réaction retardée

L'autre est dite à réaction retardée, de type IgE non médiée. C'est la forme la plus fréquente et la plus sournoise car elle se manifeste par des symptômes qui ne sont pas spécifiques : troubles digestifs (coliques, diarrhées, constipation), retard de croissance, eczéma, troubles du sommeil, etc.

Le diagnostic est donc très difficile et le médecin se retrouve souvent, en l'absence de véritable preuve, à proposer un régime d'éviction, contraignant, ne contenant pas de protéines de lait de vache.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 26 Février 2007 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 25 Octobre 2013 : 13h48
Source : Communiqué de presse dbv technologies, février 2007.