Rosacée : quels traitements pour s'en débarrasser ?

© Istock

Des joues rouges, couvertes de vaisseaux éclatés. La rosacée est une maladie qui s'expose aux yeux de tous. Alors qu'elle touche plus d'un million de Français, elle fait l'objet de nombreuses idées reçues.

Les symptômes ne sont pourtant pas irrémédiables. Explications avec le Dr Marc Perrussel, dermatologue au CHU de Rennes (Ille-et-Vilaine).

PUB

L'hygiène de vie à adapter

Comme de nombreuses maladies de peau, la rosacée ne s'attaque pas à tous de la même façon. Sur les 2 ou 3 % de la population touchés, les peaux claires sont bien plus nombreuses à en souffrir tout comme les femmes.

Historiquement, les symptômes ont été associés – à tort – à un abus chronique d'alcool. Une réputation aux lourdes conséquences psychologiques pour les malades. "L'alcool est un facteur aggravant, il n'induit pas la rosacée", souligne le Dr Marc Perrussel, membre du Syndicat national des dermatologues-vénérologues.

PUB
PUB

En réalité, de nombreux composants de l'hygiène de vie aggravent la maladie, sans pour autant en être la cause. Les évacuer permet de limiter les poussées de rosacée. "Il faut éviter les excitants, comme le café, le tabac ou l'alcool et tout ce qui entraîner une réaction post-prandiale excessive", liste le dermatologue rennais.

Ainsi, mieux vaut bannir certains aliments comme le foie, les laitages mais aussi le chocolat ou encore les épices au goût trop prononcé. Ces aliments ont un point commun : ils ont un rôle sur la vasomotricité, à l'origine des flambées.

De manière générale, "essayez de déterminer si un aliment déclenche chez vous une poussée et évitez-les", recommande l'Assurance maladie. Il en va de même pour les activités sportives : l'idéal reste de limiter les exercices intenses.

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mercredi 14 Février 2018 : 17h06