Régime paléolithique

© Istock

Le régime paléo, ainsi qu’il est plus fréquemment appelé, trouve son origine dans un article du Docteur S. Boyd Eaton, publié en 1985 dans le New England Journal et intitulé « Paléothilic Nutrition ».

Il y affirmait que c’est l’alimentation de cette longue époque qui est idéale car les humains d’alors n’avaient pas de maladies dégénératives.

Publicité

Le régime paléolithique

Le début de l’ère Paléolithique se situe à 3 millions d’années avant la notre pour se terminer vers 12 000 ans toujours avant la notre.

Archéologues et historiens l’ont divisé en trois périodes :

  • Paléolithique inférieur qui va jusqu’à - 300 000 ans, où l’homme est apparu et a inventé le feu (vers - 400 000 ans),
  • Paléolithique moyen (de - 300 000 ans à - 30 000 ans)
  • Paléolithique supérieur (de - 30 000 à - 12 000 ans).

Les humains étaient alors des chasseurs-cueilleurs : agriculture et élevage ont été inventés plus tard.

Ils se nourrissaient donc de viandes et de poissons (pour ceux qui étaient au bord d’une mer ou d’un fleuve) qu’ils chassaient, d’herbe, de feuilles, de fruits et de graines qu’ils cueillaient. Et ils étaient minces car ils se déplaçaient beaucoup et que les femmes nourrissaient leurs enfants pendant très longtemps.

C’est probablement cette minceur, plutôt que l’envie de vivre dans une caverne et d’aller chasser le mammouth, qui a contribué à populariser le régime paléolithique : un nombre invraisemblable de livres (depuis les années 90), de sites et de blogs lui ont été et lui sont toujours consacrés (y compris dans le domaine de la musculation) car il redevient périodiquement à la mode rejoignant le cadre du retour à la nature et de la recherche d’une vie saine.

La théorie scientifique de ce régime s’appuie sur le fait que nous aurions les mêmes gènes que nos ancêtres du paléolithique et que ceux-ci ne sont pas adaptés à notre mode d’alimentation actuelle. C’est avec l’apparition de l’agriculture et de l’élevage (à l’ère néolithique) que la santé des hommes aurait commencé et n’aurait cessé de se dégrader pour atteindre, depuis 50 ans, les sommets actuels : obésité, maladies cardiovasculaires, cancers etc.

Principes du régime paléolithique

Vu que l’agriculture et l’élevage n’existaient pas à l’ère paléolithique, on ne mange pas de produits laitiers, ni de céréales, ni de légumineuses (lentilles, fèves, haricots, pois etc.). Et bien évidemment aucun produit transformé, ni de sucre.

On se contente de :

  • viandes (maigres puisque le gibier d’alors l’était),
  • volailles (correspondant aux oiseaux de l’époque)
  • œufs (ces derniers en pondaient),
  • poissons et fruits de mer,
  • mollusques (escargots),
  • fruits, baies et légumes (tous de saison bien sûr),
  • graines (noix, amandes etc.).
  • et insectes aussi puisque maintenant ils sont produits.

Tous les aliments doivent être bios.

Mais parce qu’on est quand même au 21ème siècle, on peut de temps en temps :

  • utiliser de l’huile (uniquement pressée à froid),
  • boire du thé, du café et un coup de rouge ou une coupe de champagne,
  • croquer un petit morceau de chocolat.

Certains auteurs du régime paléolithique, moins rigoureux, autorisent aussi, mais en quantités très limitées et pas tous les jours, les produits laitiers, le beurre et les féculents.

On mange quand on a faim et on s’arrête dès qu’on arrive à la satiété.

Bien évidemment, l’exercice physique intense est de rigueur : comme on ne peut pas cavaler après le gibier, on le pratique en salle et on marche beaucoup.

Guide: 

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 10 Mars 2014 : 15h06
Mis à jour le Mardi 11 Mars 2014 : 15h35
PUB
PUB