Radiologie avec injection de produits de contraste : signalez vos allergies !

Pour certains examens radiologiques, on prescrit des produits de contraste iodés qui, comme leur nom l'indique, permettent d'augmenter le contraste des images obtenues. Des allergies potentiellement graves existent, qu'il faut essayer de prévenir.
PUB

Les produits de contraste à base d'iode ont la faculté d'être opaques aux rayons X et donc de pouvoir dessiner les cavités dans lesquels ils sont injectés. C'est ainsi que lors d'une urographie intraveineuse (UIV), le produit va dessiner le contour des artères rénales puis celui des voies urinaires. Ces produits sont utilisés également dans les angiographies (visualisation des artères et des cavités intra-cardiaques), les phlébographies (veines), les transits oeso-gastro-duodénaux (TOGD) et certains scanners.

Ces produits de contraste sont donc très utiles. Ils peuvent cependant provoquer des accidents allergiques potentiellement graves dans un cas sur 1000. Il est donc très important de prévenir de tels accidents, d'autant plus que les facteurs de risques sont maintenant bien connus:

PUB
PUB
  • antécédents de réaction antérieure à un produit de contraste iodé urticaire, œdème de quincke,
  • terrain atopique c'est-à-dire maladie asthmatique, rhinite allergique ou eczéma,
  • allergie aux crustacés,
  • atteinte cardiaque (insuffisance cardiaque congestive ou insuffisance coronarienne),
  • traitement par bêtabloquants (même en collyre).

En cas de risque allergique, la prescription de corticoïdes et d'antihistaminiques 12H, puis 2H avant l'examen, a démontré son efficacité. Quant au traitement par bêtabloquant, il vaut mieux rechercher une technologie alternative n'utilisant pas de produit de contraste.

En pratique, il convient donc de toujours signaler ses antécédents allergiques ou de terrain atopique à son radiologue dès la prise de rendez-vous, afin que, le cas échéant, une prémédication puisse être prescrite.

Publié le 21 Janvier 2002
Auteur(s) : Dr Philippe Presles