Quel poisson manger en cas d'allergie ?

On lit partout (et sur e-santé…) qu'il est bon pour la santé de manger beaucoup de poisson. C'est bon pour le coeur, pour la tête et pour les cancers ! Oui mais que faire si on est allergique au poisson ?
PUB

L'allergie au poisson n'est pas si rare

Elle arrive en quatrième position dans notre pays. La question qui se pose, quand on en est victime, est de savoir si l'on est allergique à un seul poisson ou à plusieurs. En pratique, la moitié des patients allergiques à un type de poisson le sont aussi à d'autres Ceci impose de faire des tests cutanés à la recherche des allergies croisées et quelques fois de faire des tests de provocation (avec l'aliment en question) au cas où les tests cutanés ne seraient pas satisfaisants.On peut aussi se demander si certains poissons sont moins allergisants que d'autres. C'est pour répondre à cette question qu'une équipe de chercheurs a comparé la réactivité croisée de neuf poissons : le cabillaud (ou morue fraîche), le saumon, le merlan, le maquereau, le thon, le hareng, le loup, le flétan et la plie.Il en ressort que le thon et le maquereau (tous les deux de la famille des Scrombroïdés) sont les mieux tolérés, les poissons plats, le flétan et la plie, arrivant en deuxième position. A contrario, la morue, le saumon, le merlan, le hareng et le loup présentent des réactivités croisées importantes, c'est-à-dire que si vous êtes allergiques à l'un d'entre eux, vous avez de plus fortes chances de l'être aux autres poissons.

PUB
PUB

Mieux vaut consulter un allergologue

En pratique, il faut surtout retenir qu'une allergie à un poisson ne veut pas nécessairement dire une allergie à tous les poissons. Vu l'intérêt de leur consommation pour la santé, cela vaut le coup de consulter un allergologue avant de tirer un trait définitif sur tous les poissons !

Publié le 27 Février 2006
Auteurs : Dr Philippe Presles
Source : Van Do T et al ; 'Allergy to fish parvalbumins: Studies on the cross-reactivity of allergens from 9 commonly consumedfish.
Voir + de sources
' J Allergy Clin Immunol., 2005;116:1314-1320.