Qi Gong : une gymnastique qui a le vent en poupe !

Le Qi Gong est une gymnastique douce qui consiste à assurer une meilleure circulation de l'énergie dans notre corps.

À la clé ?

Un mieux-être physique et émotionnel.

PUB

Le Qi Gong, vous connaissez ?

Dans la médecine traditionnelle chinoise, le Qi est l'énergie vitale qui anime tout ce qui est vivant dans l'univers.

Quand au Gong, il signifie "travail avec force et détermination".

Dans le corps humain, si le Qi circule de manière fluide et harmonieuse dans notre corps, c'est signe de bonne santé physique et morale. À l'inverse, si le flux ralentit ou stagne, ce déséquilibre va se manifester par un stress, une fatigue, un trouble physique…

PUB
PUB

Le Qi Gong (prononcez tchi kong) est une discipline qui a pour but de rééquilibrer la circulation de l'énergie vitale.

Comment ? En associant des mouvements lents, fluides, continus et circulaires à des exercices de respiration et de concentration.

Une séance de Qi Gong en pratique

Concrètement, une séance de Qi Gong dure en moyenne de 45 minutes à une heure et demie. Elle débute par une relaxation méditative pour mener vers un calme intérieur.

Après quelques échauffements, les participants enchaînent une série de mouvements lents et de postures pour bien faire circuler le Qi à travers tout le corps. La respiration fait partie intégrante de chacun des exercices.

Les mouvements se réalisent sur fond de musique douce.

Proche du taï-chi, le Qi Gong s'en éloigne par son objectif. Le premier est un art martial avec une connotation de défense, alors que le second a pour seul but de préserver santé et équilibre par la maîtrise du souffle et de l'énergie.

Publié par Karell Robert, journaliste santé le Lundi 02 Juin 2014 : 09h30
Mis à jour le Mardi 03 Juin 2014 : 07h43
Source : Merci à Dominique Jacquemay, professeur de Qi Gong et diplômée en Médecine Traditionnelle Chinoise (www.qigong-bruxelles.be).
(1) Lee MS, Pittler MH, et al. J Hypertens. 2007;25(8):1525-32.
(2) Lee MS, Kim MK, et al. Int J Neurosci. 2006 Aug;116(8):921-6.
(3) Jang HS, Lee MS, et al. Int J Neurosci. 2004;114(8):909-21.
(4) Lee MS, Pittler MH, Ernst E. J Pain. 2009;10(11):1121-1127 e14.
(5) Zeng Y, Luo T, Xie H, Huang M, Cheng AS. Complementary Ther Med. 2014; 22(1): 173-186
(6) Chan CL1, Wang CW, et al. Am J Chin Med. 2012;40(2):255-67.
(7) Jahnke RA1, Larkey LK, Rogers C. Geriatr Nurs. 2010 Jul-Aug;31(4):272-80.
La rédaction vous recommande sur Amazon :