Prostatite et cancer de la prostate : existe-t-il un lien ?

© Istock
La prostatite est une inflammation de la prostate. Une prostatite aiguë négligée ou mal soignée peut se compliquer en prostatite chronique. Mais vous vous demandez peut-être s’il existe un lien entre prostatite et cancer de la prostate. Faisons le point.
PUB

Prostatite : définition et causes

La prostatite est une inflammation de la prostate d’origine infectieuse qui touche principalement l’homme jeune. Il existe différents types de prostatites : la prostatite aiguë, la prostatite chronique, la prostatite non bactérienne. Le germe incriminé dans les deux tiers des cas est Escherichia coli ou E-coli, également responsable des infections urinaires. Dans les autres cas, une prostatite peut être causée par un germe de type Chlamydia qui se transmet sexuellement, surtout pour la forme chronique qui est une complication d’une prostatite aiguë mal soignée. Un adénome, une inflammation et une maladie auto-immune sont plus rarement à l’origine de cette pathologie de la prostate. Enfin, la prostatite non bactérienne ou asymptomatique est de cause inconnue.

Prostatite : symptômes

Chaque forme de prostatite a des symptômes bien spécifiques. La prostatite aiguë entraîne une fièvre supérieure à 40°C et des frissons, et le patient se plaint de douleurs rectales. Son débit urinaire diminue et parfois le patient ressent des difficultés à uriner, voire une rétention totale des urines. Les symptômes de la prostatite chronique sont essentiellement d’ordre urinaire en raison du rétrécissement de l’urètre, et incluent des troubles sexuels comme des douleurs lors de l’éjaculation. Quant à la prostatite non bactérienne, elle est décelée par hasard, lors d’examens, car elle n’entraîne aucun symptôme. C’est pour cette raison qu’on la nomme également prostatite asymptomatique.

PUB
PUB

Prostatite, cancer de la prostate et hypertrophie n’ont aucun lien

Quelle que soit la cause d’une prostatite, champignon, bactérie, adénome, elle ne peut être à l’origine d’un cancer de la prostate. Elle ne multiplie pas non plus les risques de développer ce type de cancer. Prostatite et cancer de la prostate n’ont donc aucun lien.En ce qui concerne l’hypertrophie bénigne de la prostate, c’est une pathologie qui touche les hommes à partir de 40 ans. Elle désigne une modification de la glande qui augmente de volume. Elle peut être à l’origine d’une dysurie, c’est-à-dire de difficultés à uriner. Les autres symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate sont la pollakiurie, mictions extrêmement fréquentes, et la nycturie, les mictions nocturnes. Le cancer de la prostate n’a pas non plus de lien avec cette pathologie. Toutefois, un homme peut souffrir à la fois d’une prostatite et d’un cancer de la prostate ou d’une hypertrophie et d’un cancer, sans qu’il existe de corrélation entre l’une et l’autre de ces maladies.Les facteurs qui favorisent le cancer de la prostate sont :- la génétique ;- le vieillissement ;- l’environnement ;- le tabagisme ;- la consommation excessive de graisses animales.Enfin, les débats scientifiques sont contradictoires quant à l’impact de l’activité sexuelle sur les risques de développer un cancer de la prostate.

Publié par La Rédaction E-Santé le Mercredi 07 Novembre 2018 : 18h02
La rédaction vous recommande sur Amazon :