Pourquoi notre moral suit les saisons ?

Publié par Psychonet Production le Mercredi 11 Décembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 15 Décembre 2011 : 16h00
Fatigue, petite déprime, apathie : des symptômes qui apparaissent régulièrement en plein coeur de l'hiver. Mais pourquoi nous sentons-nous dépourvus d'énergie à certains moments de l'année ? Gérard Pons, Président de l'Association française de luminothérapie, fait la lumière sur ces dépressions saisonnières.
PUB

En hiver, on ressent souvent une fatigue ou une certaine lassitude. Pourquoi ?

Le déficit de soleil entraîne une certaine apathie. Cela provient d'un mécanisme scientifique assez simple. La lumière du soleil passe dans l'oeil, puis dans le cerveau, où se trouve l'hypothalamus. Cette glande assure la thermorégulation du corps et commande notre horloge biologique. Quand la lumière naturelle est importante, l'hypothalamus sécrète une hormone qui a pour but de tenir en éveil. Au contraire, quand la lumière décroît, il produit de la mélatonine, une substance somnifère. En hiver, quand le jour dure moins longtemps, le cerveau va donc produire davantage de mélatonine, nous plaçant dans un état de somnolence et de fatigue, la fameuse « dépression saisonnière ».

PUB
PUB

Combien de temps dure cette " saison " ?

En France, cette « saison » dure de novembre à avril : les jours sont plus courts et il fait souvent sombre du fait du mauvais temps. Cela étant, les personnes les plus sensibles à ces déprimes saisonnières, c'est-à-dire, en termes plus scientifiques, dont l'organisme sécrète le plus de mélatonine, peuvent y être sujettes à d'autres moments de l'année. Ce phénomène a d'ailleurs été constaté en Floride, en plein été, tout simplement parce qu'il y avait eu de gros orages pendant plusieurs jours !

Publié par Psychonet Production le Mercredi 11 Décembre 2002 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 15 Décembre 2011 : 16h00
PUB
PUB
A lire aussi
Plus d'articles