Pourquoi le corps gratte pendant la grossesse ?

© Adobe Stock

La grossesse provoque des modifications hormonales qui entrainent de multiples symptômes inhabituels et le plus souvent bénins. Les démangeaisons diffuses et chroniques font partie de ces "petits signes". Elles peuvent parfois être très inconfortables, surtout lorsqu’elles sont nocturnes.

PUB

Comment les démangeaisons se manifestent-elles au cours de la grossesse ?

Les démangeaisons, ou prurit, au cours de la grossesse correspondent à un phénomène très fréquent puisque près de 40% des femmes enceintes en souffrent mais ce symptôme est, la plupart du temps, totalement bénin. Le prurit peut survenir à n’importe quel stade la grossesse, de manière continuelle ou intermittente. Il touche principalement le ventre, les cuisses et les bras mais peuvent s’étendre à la totalité du corps. Il peut aller de simples picotements à des sensations de démangeaison intenses. Celles-ci s’intensifient généralement la nuit, ce qui aggrave les troubles du sommeil déjà souvent présents au cours de la grossesse. Normalement, le prurit de la grossesse ne s’accompagne pas de lésions cutanées, en dehors des lésions de grattage lorsque celui-ci est intense. On peut tout au plus observer des vergetures.

PUB
PUB

Comment expliquer les démangeaisons au cours de la grossesse ?

Au cours de la grossesse, d’importants bouleversements hormonaux ont lieu et ils se manifestent par différents "petits symptômes" plus ou moins gênants. Sur le plan dermatologique, les changements hormonaux provoquent une sécheresse cutanée. Le taux d’oestrogènes élevé modifie l’aspect de la peau, qui devient plus sèche. C’est cette sécheresse qui entraine les démangeaisons de la grossesse et qui est à l’origine de l’apparition des vergetures, sur les zones où la peau est étirée (seins, ventre, fesses).

D’autre part la peau du ventre et des membres est déjà naturellement plus sèche donc ce sont ces zones qui vont démanger davantage. Puis, en fonction du type de peau, le prurit sera plus ou moins intense. Si dans la majorité des cas, les démangeaisons sont bénignes et réversibles, elles peuvent avoir parfois une origine pathologique, non liée aux bouleversements hormonaux.

Publié le 23 Janvier 2019
Auteur(s) : Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste