Plongée sous-marine : 9 règles de sécurité à connaître

© getty

En période estivale, la plongée sous-marine est très prisée. Cependant, cette activité comporte certains risques importants, mais que l'on peut prévenir grâce à des comportements adéquats et en respectant quelques règles.

PUB

1- Pour pratiquer la plongée sous-marine, une visite médicale préalable est obligatoire

Vous devrez ensuite respecter scrupuleusement les conseils et les contre-indications donnés par votre médecin, même si certains vous semblent sans importance. En effet, certaines maladies ou déficiences qui n’auraient pas d’incidence à la surface peuvent avoir de graves conséquences en milieu sous-marin. Le certificat médical n’est pas indispensable pour un baptême de plongée. Il est en revanche demandé dès le début d’une formation.

2- Respecter les contre-indications à la plongée

Outre qu’il faut être en bonne santé et en bonne forme physique, il faut avoir plus de 8 ans et il ne faut pas être enceinte.

3- Ne plongez jamais seul(e)

Ce sport se pratique toujours en binôme.

4- Le moment venu, si vous ne le « sentez pas », ne plongez pas

Une sensation aussi subjective soit-elle doit être considérée comme un interdit. Reportez à plus tard votre plongée.

5- Baptême et formation sont indispensables

PUB
PUB

Accessible dès 8 ans, le baptême permet de s’initier à la plongée en toute sécurité. Il dure de 20 à 40 minutes et se déroule entre la surface et 3 à 6 m de fond en présence d’un moniteur. Ensuite, pour continuer à plonger, il faut suivre une formation en club pour comprendre et acquérir les règles de sécurité. Cette formation comprend initialement une partie théorique permettant d’apprendre les rudiments : signes entre plongeurs, régulation de la pression d'air dans les oreilles, respiration, etc.

6- Strict respect des paliers de décompression

Vous devez impérativement respecter les paliers de décompression. L’azote que l’on inspire via l'air de la bouteille subit la pression sous-marine. Lorsque l’on remonte, l’azote reprend sa forme gazeuse et doit être éliminé par les poumons. Si l’on remonte trop vite, de petites bulles se forment pouvant endommager certains organes, le cœur, le cerveau. Globalement, plus on reste longtemps sous l’eau, plus il faut respecter de longs paliers lors de la remontée. Et lors de la descente, pensez à souffler souvent, doucement, tout en vous pinçant le nez, avant même qu’une gêne apparaisse au niveau des tympans.

7- Certaines circonstances interdisent momentanément de plonger :

  • Après un voyage en avion, vous devez attendre 12 heures. Inversement, cessez toute plongée au moins 24 heures avant de prendre l’avion.
  • Vous devez également laisser passer au moins 12 heures après un séjour en altitude et inversement.
  • Ne plongez pas après un repas trop copieux ou trop arrosé.
  • Etre à jeun est contre-indiqué.

8- Familiarisez-vous avec le milieu aquatique

Avant de plonger, prenez le temps de vous acclimater. Nagez et regardez tranquillement sous l’eau pour réduire vos appréhensions.

9- Pas de plongée sans combinaison

La combinaison joue un rôle d’isolant thermique. Même dans une eau très chaude, on peut vite être victime d’un refroidissement. Mais la combinaison sert aussi de protection contre la faune, la flore ou les formations acérées des récifs de corail.

Etes-vous bien assuré ?

Méfiez-vous, la plupart des assurances voyages excluent les sports à risque dont fait partie la plongée. Dans ce cas, mieux vaut prévoir de souscrire une assurance spécifique afin de ne pas avoir à payer les coûteuses séances de caisson hyperbare en cas d’accident…

Publié le 27 Août 2001 | Mis à jour le 08 Août 2014
Auteur(s) : Dr Philippe Presles