Plomb à Notre Dame de Paris : plus de 170 enfants dépistés en deux mois

Publié le 07 Août 2019 à 12h28 par Sophie Raffin, journaliste santé
Près de 4 mois après l’incendie de Notre-Dame de Paris, la présence de plomb dans le quartier de la cathédrale, inquiète toujours vivement. Alors que la polémique enfle sur les niveaux des retombées, l'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France a publié les résultats des 175 dépistages d'enfants réalisés depuis juin.
© Istock

L'Agence Régionale de Santé (ARS) Île-de-France a publié les résultats des dépistages de plomb réalisés sur les habitants vivant près de Notre-Dame de Paris à la suite de la pollution générée par l'incendie de la cathédrale survenu les 15 et 16 avril 2019.

L'organisme explique "entre l’incendie et le 31 juillet, ce sont donc au total 173 dépistages d’enfants qui ont été effectués (162 primo-dépistages et 11 dépistages de contrôle)". Concernant les premiers examens, "145 se situent en dessous du seuil de vigilance de 25 microgrammes par litre. 16, se situent dans l’intervalle de vigilance entre 25 et 49 microgrammes et 1 cas se situe au-dessus du seuil de déclaration obligatoire de 50 microgrammes par litre de sang".

L'enfant montrant un taux supérieur de 50 microgrammes avait été détecté en juin dernier. C'est la découverte de ce cas qui avait été à l'origine de la campagne de dépistage. L'agence ajoute "l’enquête environnementale au domicile de l’enfant avait permis d’établir qu’une source de pollution y existait préalablement à l'incendie".

Plomb à Notre Dame : un deuxième enfant avec du plomb dans le sang

Un médecin traitant a informé l'ARS de l'existence d'un deuxième enfant ayant des traces du métal dans le sang inquiétantes. Ce jeune patient, découvert le 31 juillet, a une plombémie (taux de plomb dans le sang) "légèrement supérieure au seuil de déclaration obligatoire" selon l'ARS Île-de-France. L'organisme assure "dès le signalement de dépassement de seuil de cet enfant reçu, et comme le prescrit le Code de la santé publique, des contacts ont été pris avec la famille, une analyse individuelle par des médecins du CAPTV est menée, et une enquête environnementale prescrite par l'ARS est engagée pour identifier les sources au plomb. Les résultats de cette enquête environnementale seront connus dans quelques jours".

L'agence ajoute "Le taux observé chez cet enfant ne nécessite pas de thérapeutique particulière mais impliquera un suivi régulier. Par ailleurs, le dépistage réalisé sur sa jeune sœur, scolarisée dans le même groupe scolaire, a révélé un taux inférieur au seuil de vigilance".

Taux de plomb : une association porte plainte

Près de 500 tonnes de plomb sont parties en fumée puis retombées sont forme de poussières lors de l'incendie de Notre Dame de Paris, provoquant de vives inquiétudes pour la santé. Et les informations données par l'ARS n'ont pas convaincu l'association Robin des bois.

Le porte-parole de l'organisation Jacky Bonnemains a confié à la presse "Les autorités minimisent, noient, essaient d'étendre un parapluie, et se remuent depuis que des informations sont parues dans la presse". Il a expliqué à France Info "Les parents dont les enfants approchent le seuil de vigilance nous appellent également. Le fait que les seuils soient atteints ou dépassés ne veut absolument pas dire que les autres enfants, qui sont en dessous de ces seuils, échappent à toute pathologie".

Estimant qu’il y a un important manque de communication autour des risques liés à la pollution au plomb, l’association a porté plainte contre X fin juillet pour mise en danger de la vie d'autrui non-assistance à personne en danger ou encore carence fautive dans l'information des populations".

Plomb : une toxicité sans seuil

En effet, si les effets nocifs du plomb sur la santé sont corrélés à l'importance de sa présence dans l'organisme, il a été établi que le plomb est toxique pour les enfants, les femmes enceintes et les adultes, même à de faibles concentrations. Des études ont montré par exemple qu'une plombémie de 12μg/L est associée à la perte d’un point de QI.

Auparavant, la concentration minimale de plomb dans le sang définissant le saturnisme a longtemps été de 100μg/L. Mais face aux résultats scientifiques, le Haut Conseil de la santé publique a recommandé en juin 2015 de baisser au seuil d'intervention actuellement utilisé de 50 µg/L.

Plomb à Notre Dame de Paris : plus de 170 enfants dépistés en deux mois© Service de presse

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.