Perte de poids et régime amaigrissant : quand les hormones se souviennent…

Après un régime amaigrissant, pourquoi avons-nous progressivement tendance à reprendre du poids ?Selon une étude britannique, il s’agirait d’un souvenir hormonal…
© getty

Perte de poids et régime amaigrissant

Dans cette étude, une cinquantaine de personnes atteintes d’obésité, des hommes et des femmes, ont suivi un régime amaigrissant durant 10 semaines (régime hypocalorique à 500-550 calories par jour).

Ce régime était associé à un programme d’activité physique et chaque sujet bénéficiait d’un soutien et de conseils de la part d’un diététicien.

Avant, pendant et jusqu’à un an après l’arrêt du régimeamaigrissant, différentes hormones ont été mesurées comme :

  • la ghréline, connue pour stimuler l’appétit,
  • la leptine, qui indique l’état des réserves énergétiques,
  • le polypeptide inhibiteur gastrique, favorisant le stockage d’énergie,
  • le peptide YY, ayant un effet coupe-faim,
  • et d’autres hormones impliquées dans la réponse digestive (glucagon-like peptide 1, amyline, polypeptide pancréatique, cholécystokinine, insuline…).

Perte de poids : les modifications hormonales persistent…

La perte de poids moyenne a été de 13,5 kg au terme des 10 semaines derégimeamaigrissant, tandis que les niveaux deshormones impliquées dans la prise de nourriture, dans la digestion et dans le stockage énergétique, ont baissé.

En revanche, ces niveaux hormonaux restent bas jusqu’à un an après l’arrêt durégime amaigrissant.

Quant à la perte depoids à un an, elle est en moyenne de 7,9 kg, témoignant d’une reprise de poids progressive.

En conclusion, un régime amaigrissant s’accompagne d’une réaction hormonale qui persiste dans le temps, comme si le corps se souvenait.

Cette empreinte hormonale pourrait expliquer cette fâcheuse tendance àreprendre du poids à l’issue d’un régime

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Sumithran P. et al., New England Journal of Medicine, 365 : 1597-1604, 2012.