Maternité et environnement toxique : 10 gestes pour protéger le bébé

© Istock

La maternité subit le risque toxique porté par son environnement. Pendant la grossesse, le fœtus est très sensible à son environnement. . Or, certains polluants comme les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés de provoquer des troubles du développement chez le bébéy compris après la naissance. Les conseils du Dr Laurent Chevallier, spécialiste de la prévention des maladies environnementales en maternité.

PUB

1. Risque toxique et maternité : je supprime le tabac et l’alcool

Arrêter de fumer est une priorité lors de la maternité car le tabac renferme un cocktail de substances toxiques susceptibles d’entrainer des complications lors de l’accouchement (hémorragies, etc.). C’est également une des premières causes de retard intra-utérin de l’embryon et de prématurité et un facteur de risque de la mort subite du nourrisson. Ce n’est pas mieux avec l’alcool qui, en traversant le placenta, expose le bébé au syndrome d’alcoolisation fœtale (déformation du visage, retard de croissance et troubles du développement intellectuel). Un seul verre de vin par jour suffit à faire des dégâts !

2. Je fais attention à mon alimentation

Les femmes enceintes doivent avoir un apport suffisant en folates (vitamine B9), utiles au système nerveux de leur bébé. On en trouve dans le foie, les légumineuses, les épinards, le cresson... Attention aux chips, frites trop cuites, céréales du matin : la cuisson prolongée de ces aliments riches en glucides peut favoriser le diabète gestationnel.

Il est conseillé de manger bio le plus souvent possible pour éviter les résidus de pesticides et de limiter le poisson à 150 gr par semaine. On choisit la daurade, le hareng, la sardine, le maquereau... qui contiennent peu de mercure ou de PCB et on bannit l’espadon, le flétan, la raie, le thon rouge...

3. Je trie mes ustensiles de cuisine

On choisit des poêles et des casseroles en inox et on jette celles ayant un revêtement anti-adhésif qui s’avère vite toxique : ces poêles sont fabriquées avec des dérivés fluorés dont certains comme le PFOA sont toxiques à plus de 230°C. Pour les autres ustensiles, on privilégie le verre, voire la fonte ou la terre non vernis.

Attention aussi au Bisphénol A présent dans les cannettes de soda et les conserves. Les films transparents étirables et les boites en plastique sont à proscrire des micro-ondes car ils renferment des phtalates qui migrent dans les aliments sous l’effet de la chaleur. L’idéal est d’utiliser un récipient en verre ou deux assiettes l’une sur l’autre pour réchauffer un plat.

PUB
PUB

4. J’évite les cosmétiques

Il n’y a pas de risques pour votre bébé si vous vous maquillez occasionnellement pendant votre grossesse. Mais ayez l'œil sur les étiquettes : 74% des vernis à ongles, 71% des fonds de teint et des crèmes pour le visage, 50% des rouges à lèvres contiennent des perturbateurs endocriniens (parabènes, etc.). Même à faible dose, une exposition répétée peut être nocive pour le fœtus, déjà exposé à plein d’autres polluants.

Pour vous faire belle, miser plutôt sur des produits certifiés bio par un label, il existe beaucoup de marques de bonne qualité. Quand bébé sera là, épargnez-lui les lingettes, les parfums, les laits, les lotions... ils sont bourrés de substances indésirables.

5. Je bichonne mon matelas

Traitement anti-acarien, antimites, anti-souillure, anti-feu... Les matelas renferment un arsenal toxique de composés chimiques qu’on inhale souvent à notre insu. Pas génial pour le futur bébé ! Si vous profitez de votre grossesse pour en changer, choisissez un matelas « 100% latex naturel issu de l’agriculture biologique », les autres latex peuvent être synthétiques ou en partie traités. A éviter prioritairement, les mousses de polyuréthane d’où s’échappent des hydrocarbures, des retardateurs de flamme bromé, des biocides... On a la même exigence pour les oreillers et pour le matelas du futur bébé !

6. Je prépare la chambre de bébé à l’avance

Vous avez envie de profiter de votre congé maternité pour préparer la chambre de bébé ? Erreur : vous allez respirer des solvants et vous prenez le risque de tomber de l’escabeau. Laissez le bricolage au papa et ne vous y prenez pas au dernier moment. Il faut aérer la chambre longtemps avant la naissance pour que les particules et les odeurs émanant des meubles neufs, peintures, colles... s’évaporent. On évite l’aggloméré (il contient des substances irritantes, allergisantes et susceptibles de perturber le métabolisme) et on préfère les peintures avec le logo A+ qui émettent le moins de composés organiques volatiles.

7. Je sélectionne les jouets

Soyez vigilante avec les jouets que vous allez acheter à votre bambin car il va les mâchouiller et les sucer. Mieux vaut donc qu’ils soient sans danger pour sa santé. Il est conseillé de privilégier les jouets en bois massif non traités. Pour les jouets en plastique, épinglés dans nombre d’études, des efforts ont été faits mais la prudence s’impose : à minima, choisir ceux « sans PVC » et « sans phtalates ». Privilégiez les peluches en coton bio, sans parfum, sinon lavez les deux fois avant usage et n’en mettez pas trop autour de son lit. Le site d’un réseau de femmes spécialisées en santé environnementale peut vous guider : www.wecf.eu

8. Je préfère les vêtements en coton

La peau des bébés est particulièrement perméable aux produits chimiques donc la règle est d’acheter des bodys en coton. Les pyjamas ou autres vêtements comportant des imprimés ou motifs plastifiés sont à éviter, ils peuvent contenir des phtalates, des retardateurs de flamme, des colorants douteux... Impératif : pensez à laver les vêtements avant de les faire porter à votre bébé ! Et sachez que les couleurs foncées nécessitent plus de produits chimiques.

9. J’aère bien ma maison

L’air intérieur de nos maisons est plus pollué que l’air extérieur alors on ouvre les fenêtres en grand 3 à 5 fois par jour, même en hiver. C’est le meilleur moyen de se débarrasser des particules toxiques en tous genres et de réduire le taux de composés organiques volatiles dégagés par les meubles, les colles, les peintures, les sprays, etc. On nettoie sa chambre sans produits chimiques et on oublie les encens, les bougies parfumées, les désodorisants, les parfums d’ambiance... grands pourvoyeurs de pollution. Une ou deux gouttes d’huile essentielle sur un galet fait l’affaire.

10. J’éloigne mon téléphone portable

Les effets sur la santé des radiations émises par la téléphonie mobile et le wifi font débat. Par précaution, il est recommandé aux femmes enceintes de privilégier les sms et de limiter leurs appels en utilisant un kit mains libres. Surtout, éloignez votre téléphone portable de votre ventre, même en veille, afin de protéger le cerveau de votre bébé, et n’abusez pas d’internet sur votre mobile. Ne posez pas votre ordinateur sur votre ventre. Si vous achetez un baby phone, préférez un analogique qui émet des ondes non pulsées et se déclenche à la voix. Disposez-le loin de la tête, à plus de 1,50 m du lit.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Jeudi 07 Avril 2016 : 17h05
Mis à jour le Jeudi 07 Avril 2016 : 17h06
Source : Entretien avec le Dr Laurent Chevallier, nutritionniste attaché au CHU de Montpellier et  auteur, avec Claude Aubert, de « Le guide anti-toxique de la grossesse », Marabout, 2016.
La rédaction vous recommande sur Amazon :