Maladie rénale : voilà l’exercice le plus adapté aux patients

© Istock

Associer les exercices d'endurance à des exercices de résistance est particulièrement bénéfiques pour les patients souffrant d'une maladie rénale.

Publicité

Faire du sport, oui, mais lequel ? La question taraude bien des Français.e.s. Obtenir la réponse est d'autant plus difficile quand on souffre d'une maladie rénale chronique – même si une activité physique est recommandée. Grâce à une petite étude réalisée par l'université de Leicester (Royaume-Uni), on en sait plus sur les types d'exercice qui pourraient être les plus adaptés.

Publiés dans l'American Journal of Physiology-Renal Physiology, ces travaux suggèrent de combiner les exercices d'endurance et de résistance en une même séance. Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont recruté 18 hommes souffrant d'insuffisance chronique avancée, mais qui n'avaient pas besoin de dialyse.

Publicité
Publicité

Après un temps d'observation de 6 semaines, ces volontaires ont été séparés en deux groupes. Les premiers ont suivi un programme d'activité physique d'endurance (aussi qualifié d'aérobie), comme du vélo, de la marche ou de l'aviron. Dans le même temps, les seconds ont ajouté à ces pratiques une dose d'exercices de résistance – sur des machines à presse par exemple.

Ces séances d'une demi-heure ont été tenues trois jours par semaine, et ce pendant 3 mois. Au terme de cette expérience, les chercheurs et les chercheuses ont observé une amélioration du tonus musculaire chez tous les participants. Une bonne nouvelle, car celui-ci a tendance à fondre chez les malades rénaux.

Combiner dans une même séance

Mais un groupe s'en sort nettement mieux sur le plan physique : celui qui a associé endurance et résistance. La prise de masse musculaire est légèrement plus élevée, par rapport à ceux qui n'ont fait que de l'aérobie. Mais surtout, les volontaires qui ont fait de l'exercice combiné ont plus de force et de meilleures capacités cardio-respiratoires.

Ces résultats pourraient permettre de mieux guider la prise en charge des personnes souffrant de maladie rénale. Pour l'heure, il leur est surtout conseillé de pratiquer des exercices d'endurance – comme le vélo ou la natation – en adaptant l'intensité selon son état de santé.

"Pour des raisons de temps et de logistique, combiner ces deux types d'exercice dans une même séance serait l'idéal", estime le Dr Emma Watson, première signataire de ces travaux. Bien sûr, cette activité pourra simplement consister à promener son chien et se rendre à pied à la boulangerie pour les malades les plus fragilisés par la maladie.

Mais la Haute Autorité de Santé (HAS) le précise clairement dans ses recommandations de prise en charge : l'activité physique doit faire l'objet d'un échange entre le médecin et son patient. De l'échange doivent émerger des objectifs partagés. Car en plus de bénéficier à la santé du rein, l'exercice régulier réduit le risque cardiovasculaire – fortement accru en cas de maladie rénale.

PUB
PUB