Peut-on voyager quand on souffre d'insuffisance rénale ?

Il est bien sûr possible de se rendre à l'étranger quand on souffre d'insuffisance rénale mais il faut prendre certaines précautions. Il y a, bien sûr, des destinations moins recommandées et des dispositions à prendre avant le départ, mais ces interruptions dans le quotidien ont souvent des répercussions très positives sur le moral des patients insuffisants rénaux.

PUB

L'hémodialyse : une bonne planification

Quand on suit un traitement par hémodialyse, il convient de préparer son voyage longtemps à l'avance, environ entre 4 et 6 mois. En effet, certains centres de dialyse doivent faire face à des demandes accrues durant les vacances d'été et les places disponibles se raréfient.

Les patients sous hémodialyse préfèrent souvent voyager en Europe, aux États-Unis ou au Canada. Les centres sont plus rares en Afrique, à l'exception du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, et en Amérique du Sud.

PUB
PUB

Comment s'y prendre ?

Dans chaque centre de dialyse, il existe une liste de tous les autres centres dans le monde. La personne souffrant d'insuffisance rénale peut ainsi planifier son voyage et prendre contact avec le centre de dialyse le plus proche de son lieu de villégiature. Ensuite, c'est au néphrologue traitant de prendre contact avec le centre de destination et d'envoyer un dossier complet pour son malade. Si la plupart des malades choisissent de rester sédentaires afin de ne fréquenter qu'un seul centre de dialyse, certains préfèrent - ou sont obligés - de se déplacer. Il peut s'agir de visites touristiques, d'un voyage d'affaires ou encore d'une tournée artistique. Dans ce cas, les dispositions à prendre avant le voyage sont plus nombreuses et la démarche plus compliquée, mais là encore, tout reste une affaire de planification. En définitive, rien ne condamne une personne atteinte d'insuffisance rénale à faire du surplace !

Publié le 14 Août 2006 | Mis à jour le 11 Octobre 2016
Auteur(s) : Judith Lachterman, journaliste santé
Source : Avec la collaboration du Dr Vandervelde, Chef de service néphrologie des hôpitaux du réseau Iris-Sud.
La rédaction vous recommande sur Amazon :