Maladie de Kawasaki : le père de l’enfant décédé à Marseille témoigne

Depuis plusieurs semaines, les pédiatres mettent en garde. Certains enfants atteints du COVID-19 développent un syndrome proche de la maladie de Kawasaki. Plusieurs jeunes patients en sont décédés ces derniers jours, dont un garçon de 9 ans à Marseille. Son père s’est confié sur ce drame.
© Adobe Stock
Sommaire

Un jeune garçon de 9 ans a développé des symptômes proches du syndrome de Kawasaki après avoir été en contact avec le coronavirus. Il a succombé à cette pathologie infantile d'origine immunologique, le 8 mai dernier. Son père a témoigné sur l’antenne de BFM.

Décès d’un enfant de 9 ans : "Tout a commencé trois ou quatre jours avant sa mort"

Le papa endeuillé se rappelle sur la chaîne d’information : "tout a commencé trois ou quatre jours avant sa mort". Le jeune garçon a commencé à ne pas se sentir bien. "ll avait une forte fièvre, il ne mangeait pratiquement pas et vomissait beaucoup. Il avait aussi une forte diarrhée et des boutons rouges étaient apparus sur tout son corps.", explique-t-il. 

Face aux symptômes inquiétants de leur enfant, les parents ont décidé de le conduire aux urgences pédiatriques de l'Hôpital de La Timone à Marseille. 


L’équipe médicale estime alors que le “tableau clinique” est “comparable à celui d'une scarlatine". L’enfant “qui ne présentait pas de signe de gravité” selon l’établissement, est alors renvoyé chez lui avec un traitement. 

Son état s’aggrave à la maison

Malheureusement, son état de santé a rapidement empiré de retour chez lui.  "Nous sommes rentrés à la maison et ma femme a voulu lui faire couler un bain. Le petit a commencé à avoir la tête qui partait en arrière et les yeux qui tournaient. Il est devenu inconscient", se rappelle son père. 

Le garçonnet a alors montré des signes importants de détresse respiratoire. Son père explique : "je le tenais dans mes bras et je voyais bien qu'il avait du mal à respirer. Le temps d'enfiler mes chaussures, j'ai senti tout son corps se relâcher dans mes bras. Nous avons immédiatement appelé le Samu et les pompiers." Il a été admis au service de réanimation pédiatrique de la Timone dans la soirée du 2 mai.

Maladie de Kawasaki : le garçon a été en contact avec le coronavirus

C’est à la découverte de troubles cardiaques - mis en lumière par un électrocardiogramme - que le diagnostic de la maladie de Kawasaki est posé. Un test sanguin permet également de révéler que le petit patient a été “en contact” avec le SARS-COV-2 dans les semaines précédentes. Toutefois, il n’avait jamais présenté les symptômes du COVID-19. 

Le jeune garçon est mort le 8 mai 2020 après une semaine d’hospitalisation. Son père rapporte : "le médecin m'a expliqué que le décès était dû à une période où son cerveau n'a pas été oxygéné".

Le professeur Fabrice Michel, chef du service de réanimation pédiatrique, a, en effet, expliqué lors d’une communication de l’hôpital sur ce cas, il y a quelques jours : “son arrêt cardiaque est probablement lié au syndrome de Kawasaki. La pathologie de cet enfant a entraîné une atteinte cardiaque provoquant des lésions cérébrales, cause de sa mort”.

Décès de la maladie de Kawasaki  : "cela aurait pu être évité"

Le père est aujourd’hui persuadé qu’une prise en charge plus rapide de la maladie de Kawasaki aurait pu sauver son fils. Il déplore : "sa mort aurait peut-être pu être évitée s'il était resté à l'hôpital la première fois". Il estime que renvoyer son enfant chez lui “cela a été une erreur très grave, cela a coûté la vie de mon fils". Les parents de la jeune victime ont décidé de porter plainte contre l’hôpital.

Comparez les Mutuelles séniors et économisez toute l'année !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.